Tout savoir sur l'éjaculation

Le sperme, symbole de virilité s'il en est, est émis lors de l'éjaculation. Que contient-il ? Comment se déroule une éjaculation ? Est-elle synonyme d'orgasme et peut-elle être retardée pour prolonger le plaisir ? 

Par Dr Charlotte Tourmente

Rédigé le January 30, 2014 , mis à jour le March 29, 2019

Sommaire

De quoi est composé le sperme ?

"Lors d'une éjaculation, 1,5 à 4,5 ml de sperme sont expulsés, après 2 à 3 jours d'abstinence, explique le Dr Faix, responsable du Comité d'Andrologie et de Médecine sexuelle de l'Association Française d'Urologie. C'est ce que l'on appelle éjaculat et la quantité émise est variable suivant le rapprochement des éjaculations. Pplus les éjaculations sont rapprochées, moins la quantité de sperme est importante (souvent moins de 1 ml lorsqu'il y a deux éjaculations par jour)." Le sperme est composé :

  • des secrétions produites par les vésicules séminales, qui représentent 65-70% du volume du sperme, à raison de liquide, de sucre (essentiellement fructose) et de protéines,… ;
  • des sécrétions prostatiques (15-20%), qui contiennent du zinc, des citrates, un  peu de testostérone et autres oligo-éléments ;
  • des produits des anses épididymo-déférentielles (autrement dit le circuit situé entre les testicules et les vésicules séminales, par lequel passent les spermatozoïdes), soit 10-12% ;
  • le liquide sécrété par les glandes de Cowper situées sous la prostate (les glandes autour de l’urètre qui produisent aussi le liquide pré-éjaculatoire), à raison de 4-5% (variable selon les hommes);
  • les spermatozoïdes issus des testicules, qui ne représentent moins d'1% du sperme ;
  • le sperme est riche en minéraux, tels que le zinc, le citrate, il contient de l'hormone de croissance, de la testostérone, des sucres comme le fructose, des cellules épithéliales et des globules blancs. Il a un pH légèrement alcalin, entre 7,2 et 7,8.

Qu'est-ce que le liquide pré-éjaculatoire ?

Egalement appelé rosée du plaisir, il est différent du sperme et il est produit par les glandes de Cowper, situées au niveau de l’urètre sous la prostate, et les glandes péri-urétrales (le long de l’urètre), avant l'éjaculation. Le liquide pré-éjaculatoire est fait pour lubrifier l'urètre afin de faciliter l'expulsion du sperme en se mélangeant à lui. Ce liquide reste donc à l'intérieur de l'urètre habituellement. Il n'est pas possible que ce liquide contienne de spermatozoïdes, dans ce liquide qui précède l’éjaculation. En revanche, si un deuxième rapport est rapproché d'un premier avec éjaculation (et que l'homme n'a pas uriné entre les deux), il peut contenir quelques spermatozoïdes. Certains hommes ont naturellement une hypersécrétion et ont un écoulement de liquide visqueux à l'extérieur du pénis, pendant l'excitation ou juste avant l'éjaculation, ce qui peut être perturbant pour un homme car il ne sait pas forcément si c'est déjà l'éjaculation ou pas...

Comment se déroule l'éjaculation ?

On distingue trois phases le plus souvent très rapprochées :

la phase d'émission : "c'est une phase de préparation, où le produit des vésicules séminales, des testicules, des anses épididymo-défentielles et de la prostate se concentre dans l'urètre postérieur, situé dans la prostate, détaille le sexologue. C'est comme si « l'homme se charge », avec une sensation préparatoire, qui n'est pas encore concomitante de l'orgasme."

la phase d'expulsion : "le sperme, concentré dans l'urètre, est expulsé, grâce à une contraction de tous les muscles du périnée et de l'urètre, avec une ouverture du sphincter strié et une fermeture du col vésical (afin que le sperme ne remonte pas dans la vessie)", ajoute le Dr Faix. L'éjaculation se fait avec plusieurs saccades, classiquement espacées de 0,8 secondes, avec la contraction de tout l'appareil génital interne et des muscles du périnée.

la phase de l'orgasme. "Elle est en général concomitante de l’éjaculation grâce aux sensations positives au niveau du périnée qui induit au niveau cérébral une sensation de plaisir intense et maximal, estime-t-il. L’orgasme est donc une réponse  cérébrale et sensorielle en miroir de la cascade physiologique se déroulant au niveau du périnée." Il est associé à des signes généraux comme une augmentation de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle, à la dilatation des pupilles et d’autres manifestations variables selon les individus (rougeur de la peau, sudation, contractures musculaires globales, etc…)

Une grossesse n'est possible que si l'éjaculation a lieu dans le vagin ?

Dans la grande majorité des cas. "Mais il a été rapporté des cas de femmes vierges avec un hymen intact, qui ont été enceintes, met en garde le spécialiste. C'est donc la preuve qu'une grossesse est possible même sans éjaculation dans le vagin. Cela est cependant rare et il faut vraiment que le sperme soit au niveau du vestibule, qui correspond à la porte d'entrée du vagin (et que l'hymen soit partiellement perméable) : une partie de l'éjaculat peut donc ainsi s'insinuer dans le vagin." Mais si l'éjaculation a lieu strictement à distance de l'entrée du vagin, une grossesse n'est alors pas possible.

 

L'éjaculation est-elle synonyme d'orgasme ?

Non, un orgasme n'accompagne pas forcément l'éjaculation. "Mais la plupart du temps, ils sont concomitants, reconnait le Dr Faix. Il y a un ressenti au niveau des organes génitaux et du bassin, des contraction internes, du périnée, de différents muscles (bulbo-spongieux et bulbo-caverneux) et une sensation qui remonte jusqu'au cerveau, avec cette notion de plaisir global à la fois génital et sensoriel."

Certains hommes arrivent à dissocier l'orgasme de l'éjaculation, de façon volontaire (voire question suivante). D'autres conservent une éjaculation alors qu'ils n'ont plus d'éjaculation dans les suites de traitement (chirurgie de la prostate par exemple, paraplégiques, tétraplégiques et sous l'effet de certains médicaments).

Est-il possible de contrôler son éjaculation et de la retarder ?

Oui, en théorie mais souvent difficile en pratique. "Cela se fait avec le contrôle du corps et des muscles du périnée (techniques parfois issues du tantrisme) ou d'autres utilisées pour les éjaculateurs précoces, explique le Dr Faix. Les hommes arrivent à écouter leur ressenti, à sentir les prémices de la phase d'émission avant que le réflexe de l'éjaculation ne se déclenche. Ils arrivent à être à l'écoute de leur corps, de leurs sensations et à augmenter progressivement l'excitation en gérant le stress émotif dû au rapport sexuel."

C'est ce que l'on appelle un orgasme sec. Il nécessite aussi un très bonne connaissance des muscles du périnée pour se retenir d'éjaculer, en les contractant au maximum juste avant le point de non-retour (point où l'excitation est meximale et va déclencher le réflexe qu'est l'éjaculation). Ces muscles sont aussi ceux que les hommes contractent pour se retenir d'uriner. Le sperme n'est pas éjaculé et il reste au moment de l'orgasme dans l'urètre postérieur, mais l'orgasme arrive tout de même. Et la pénétration peut alors être prolongée...

En savoir plus sur l'éjaculation

Sponsorisé par Ligatus