Vaccins anti-covid : on vous emmène au coeur d'une distribution à haut risque

Les menaces de vol et la complexité de la chaîne du froid font de la distribution du vaccin Cominarty de Pfizer-BioNtech un véritable défi logistique.

Par La rédaction Allodocteurs.fr

Rédigé le January 26, 2021 , mis à jour le January 26, 2021

La coordination des gestes de l'équipe est parfaite, minutée. Il faut sortir le plus rapidement possible les doses du vaccin à ARNm de leur emballage rempli de glace carbonique. Et les placer à l’abri du « super congélateur » à -80°... situé dans un endroit secret de l'hôpital pour éviter les risques de vandalisme.

Une alarme au moindre réchauffement

“ Dans le suivi de la courbe de température, on observe un léger réchauffement dû à la manipulation du couvercle et du vaccin mais ça ne dépasse pas la limite de - 60°c. La température est relevée tous les quarts d’heure et en cas de dépassement de température, nous avons une alarme », explique Charlotte Fortin-Dumans, pharmacienne au Centre Hospitalier de Versailles.

Cet établissement fait partie des 100 établissements dits « congélo porteur », chargés de stocker et livrer les vaccins contre la COVID19. Chaque jour, les équipes préparent les doses et acheminent aux EHPAD voisins par exemple tout le matériel nécessaire à la vaccination. 

Obtenir les 6 doses par flacon

“ Ça suppose une logistique très préparée en amont pour ne pas perdre de doses : c’est ça la particularité de l’organisation”, précise Anne-Claire de Reboul, directrice générale adjointe du Centre Hospitalier.

Cette optimisation est cruciale pour obtenir six doses par flacon. Chaque envoi est accompagné d’instructions très précises pour y parvenir.