Ethan, le jeune Américain qui s’est rebellé contre sa mère "antivax"

Le lycéen n’avait jamais reçu aucun vaccin. Dès sa majorité, il est allé se faire vacciner contre les hépatites A et B, la grippe, le tétanos et le papillomavirus. Son initiative a été fortement médiatisée, et il a même été invité à témoigner devant le Congrès.

© U.S. Senate

Par la rédaction d'Allodocteurs.fr, avec AFP

Rédigé le March 6, 2019 , mis à jour le March 6, 2019

"J'ai grandi avec une mère croyant que les vaccins sont dangereux, car elle en parlait ouvertement en ligne et en personne", a témoigné Ethan Lindenberger, 18 ans, devant le Congrès américain, le 6 mars. Tout est allé très vite pour le lycéen : en décembre, le jour de sa majorité, il poste une question sur le réseau social Reddit : "Mes parents sont un peu stupides et ne croient pas aux vaccins. Maintenant que j'ai 18 ans, où est-ce que je peux aller me faire vacciner ? Puis-je me faire vacciner à mon âge ?"

"Je suis heureux de vous annoncer que je me présenterai à une audition devant le comité santé, éducation, travail et pension du Sénat pour témoigner de l'importance des vaccins !"

Les 18 premières années de sa vie sans aucun vaccin

Ethan reçoit aussitôt des milliers de réponses, et est même repéré par plusieurs médias... Peu de temps après, il est invité à venir témoigner devant des sénateurs, aux côtés d'experts et d'un responsable de santé publique. Invitation qu’il accepte. Devant les parlementaires, le jeune homme témoigne : il a passé les 18 premières années de sa vie sans aucun vaccin. Mais quelques semaines après son post sur Reddit, il se "rattrape" d'abord contre les hépatites A et B, la grippe, le tétanos et le papillomavirus. Puis il a également reçu les vaccins ROR et contre la polio.

"Ce fut une lente progression pour commencer à trouver les preuves. J'étais intrigué par le fait que tant de gens réfutaient ma mère" en ligne, a-t-il développé. Sa mère, adhérente de thèses complotistes, se renseignait essentiellement sur Facebook. Lui, au contraire, a commencé à s'informer auprès des autorités sanitaires américaines, d'organisations de santé publique et de revues scientifiques. Mais quand il démontrait à sa mère, par exemple, que le vaccin ROR ne provoquait pas l'autisme, celle-ci répondait : "C'est ce qu'ils veulent te faire croire."

L'audition d'Ethan devant le Congrès

47 des 50 Etats américains permettent des dispenses de vaccins

En quelques semaines, Ethan est devenu le héros des pro-vaccins aux Etats-Unis, où subsistent des "poches" de gens réfractaires, à l'origine de plusieurs foyers de rougeole. Dans le pays, de nombreux vaccins sont théoriquement obligatoires pour aller à l'école, mais 47 des 50 Etats permettent des dispenses pour motifs "personnels", "philosophiques" ou "religieux". Dont le sien, l'Ohio.

La mère d'Ethan, elle, n'a pas témoigné publiquement. "Je continue à être aussi respectueux et gentil que possible, et à lui montrer la vérité", a déclaré le lycéen l'AFP après l'audition. "Je pense qu'elle comprend que c'est important pour moi. Cela suffit en soi à construire une relation." Ethan croit fermement que le refus vaccinal de sa mère partait d'un bon sentiment. Aujourd’hui, il en veut surtout aux sites et aux réseaux sociaux sur lesquels elle se renseignait. "Ma mère défendait sa position en disant qu'elle connaissait des gens et qu'elle avait vu des histoires. Mais corrélation n'est pas causalité", a-t-il souligné.

Lors de son audition au Congrès, Ethan a soumis plusieurs propositions pour lutter contre les théories complotistes. Parmi elles : répondre aux histoires personnelles par des histoires tout aussi personnelles sur les morts et les complications des maladies infectieuses contre lesquelles des vaccins existent. "Si on convainc les parents que leurs enfants sont en danger, on parviendra mieux à leur faire changer d'avis", a-t-il asséné.

Sponsorisé par Ligatus