Sucer son pouce réduit-il les risques de développer des allergies ?

Selon une récente étude néo-zélandaise, les enfants qui sucent leur pouce et se rongent les ongles seraient moins susceptibles de développer des allergies.

  - Photo© Agence DER - Fotolia.com

Par la rédaction d'Allodocteurs.fr

Rédigé le July 11, 2016 , mis à jour le July 12, 2016

Sucer son pouce et ronger ses ongles (onychophagie). Voici deux mauvaises habitudes très difficiles à combattre qui se révèlent néfastes pour les dents, les mâchoires et les doigts, lorsqu'elles durent dans le temps. Pourtant, porter ses doigts couverts de germes à la bouche pourrait être, à long terme, bénéfique pour la santé.

C'est en tout cas ce que suggère une étude, publiée ce lundi 11 juillet 2016 dans la revue Pédiatrics et menée par une équipe de chercheurs néozélandais de l'Ecole de médecine de Dunedin (Nouvelle-Zélande), assistée par le professeur Malcom Sears de l'Université de Mac Master (Ontario).

Sucer son pouce expose aux bactéries 

A travers leurs travaux, ces chercheurs voulaient tester l'idée que sucer son pouce et ronger ses ongles, en favorisant l'exposition des enfants aux microbes, éduquerait "mieux" le système immunitaire. Ce dernier aurait alors moins de chance de se dérégler et de surréagir, comme c'est le cas dans les allergies.

Les enfants qui sucent leur pouce et rongent leurs ongles seraient moins allergiques à la poussière, aux acariens, à l'herbe, aux poils de chats, de chiens et de chevaux et aux champignons. "Nos résultats concordent avec la théorie que l'exposition à la saleté ou aux germes réduit le risque de développer les allergies, explique le Dr Sears. Même si nous n'encourageons évidemment pas ce genre d'habitude, il apparaît qu'elle peuvent avoir un effet bénéfique".

Pour tester cette théorie, Stéphanie Lynch, étudiante à l'Ecole de médecine de Dunedin, a eu l'idée d'utiliser les données d'une grande étude multidisciplinaire effectuée sur la santé et le développement de 1.037 enfants nés en 1972-73 à Dunedin (Nouvelle-Zélande) jusqu'à l'âge adulte. Lors de cette grande étude, les enfants avaient été testés pour une gamme d'allergènes communs comme les acariens, la poussière, l'herbe, les chats, les chiens, les chevaux. Les premiers tests ont eu lieu lorsqu'ils étaient âgés de 13 ans, les seconds à l'âge de 32 ans.

Dans un deuxième temps, les chercheurs ont recontacté les enfants qui avaient participé à l'étude pour savoir s'ils suçaient leur pouce ou se rongeaient les ongles lorsqu'ils étaient âgés de 5, 7, 9 et 11 ans. Ils ont ensuite croisé les résultats des deux études.

Un lien entre l'exposition aux germes et les allergies ?

Plus de 30 % des enfants testés suçaient leur pouce ou rongeaient leurs ongles régulièrement. A 13 ans, 45% de l'ensemble des enfants montraient des signes d'allergies. En revanche, seuls 40% de ceux qui pratiquaient une des deux mauvaises habitudes réagissaient aux tests allergiques cutanés. Le pourcentage descendait à 31% pour les enfants pratiquant les deux habitudes. Le même type de résultat a été retrouvé à l'âge adulte.

Si les enfants qui sucent leur pouce ou rongent leurs ongles semblent moins réactifs aux tests allergiques cutanés, ces habitudes ne semblent pas réduire le risque de développer de l'asthme ou des rhinites allergiques.

Le Dr Robert J. Hancox, professeur agrégé au département de médecine préventive et sociale de l'Ecole de médecine de Dunedin, explique que lors de cette étude, l'équipe de chercheurs a uniquement noté une association entre ces mauvaises habitudes et la moindre apparition d'allergies. "Même si nous supposons que l'effet protecteur est dû à l'exposition à des organismes microbiens, nous ne savons pas quels organismes sont bénéfiques ni comment ils pourraient influencer la fonction immunitaire, a-t-il confié au New York Times, l'hypothèse de l'excès d'hygiène est encore à prouver et controversée, mais les résultats de cette étude peuvent être considérés comme un élément de preuve qui va en ce sens".

D'autres études sont donc nécessaires pour établir un véritable lien de cause à effet entre le manque d'exposition aux microbes pendant l'enfance et le dérèglement du système immunitaire impliqué dans les allergies. Le Dr Sears souligne "l'importance d'explorer l'influence des habitudes de l'enfance à long terme notamment sur les fonctions immunitaires adultes".

Source : Thumb-Sucking, Nail-Biting, and Atopic Sensitization, Asthma, and Hay Fever Stephanie J. Lynch, Malcolm R. Sears, Robert J. Hancox. Pediatrics, Aug 2016. 

Sponsorisé par Ligatus