Implants cardiaques, prothèses de hanche : vos questions, nos réponses (2)

Plusieurs chirurgiens répondent à vos interrogations sur les risques liés aux implants médicaux, risques dénoncés depuis le début de la semaine dans les "Implants Files".

Par la rédaction d'Allodocteurs.fr

Rédigé le November 27, 2018 , mis à jour le November 28, 2018

On m’a posé un stent sur une artère du cœur en 2005, dois-je consulter ?

Dr Guillaume Lebreton, chirurgien cardiaque à la Pitié Salpétrière (Paris) – Le stent, c’est quelque chose qui est utilisé sur des millions de patients, depuis des dizaines d’années, on a énormément de recul, énormément d’études sur le sujet. Consulter pour le suivi, bien sûr… mais il n’y aucun risque particulier, et il n’y a rien à craindre de particulier sur le sujet.

On m’a posé une prothèse de hanche en céramique en janvier. Quels sont les risques ?

Dr Pomme Jouffroy, chef du service de chirurgie orthopédique au groupe hospitalier St Joseph (Paris) – Il n’y a pas beaucoup de risques. La prothèse elle-même n’est pas en céramique : ce qui l’est, c’est le couple de frottement, c’est-à-dire la bille de la prothèse et son réceptacle. Ce qu’on a mis en évidence il y a plus de 30 ans, c’est que ce couple céramique/céramique ne s’use pas, ou tout du moins [beaucoup moins] que ce que l’on mettait auparavant. [Une personne a qui l’on a posé une telle prothèse] n’a pas grand chose à craindre.

Opérée en octobre 2017 d’une valve aortique, dois-je m’inquiéter ?

Dr Guillaume Lebreton, chirurgien cardiaque à la Pitié Salpétrière (Paris) – Surtout pas ! Il faut remettre les choses dans leur contexte : dans toutes les spécialités, les choses ne sont probablement pas exactement les mêmes. Dans certaines, les choses ont été plus éprouvées par le temps que dans d’autres. On implante des prothèses valvulaires cardiaques depuis des dizaines d’années sur des millions de patients. On a énormément d’études qui permettent de voir l’efficacité et l’innocuité de cette technique. Il n’y a pas « zéro contrôles ». Ce n’est peut-être pas suffisamment certifié – je ne connais pas suffisamment le sujet pour parler de la certification et du marquage CE – mais ce n’est pas parce qu’un laboratoire présente une nouvelle prothèse qu’on va l’implanter. Les prothèses que l’on implante sont éprouvées par le temps, sur de grandes séries.

Lire également : Prothèses mammaires, vaginales et péniennes : vos questions, nos réponses (1)

la rédaction d'Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus