Les médecins refusent que les pharmaciens prescrivent des médicaments

Les députés ont récemment adopté un amendement au projet de loi de financement de la Sécurité sociale, évoquant la possibilité pour les pharmaciens de prescrire certains médicaments. Il a suscité une levée de boucliers parmi les principaux syndicats de médecins.

Par Maud Le Rest

Rédigé le October 25, 2018 , mis à jour le October 25, 2018

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) est débattu par les députés en première lecture jusqu’au vendredi 26 octobre. Rien n’est encore définitif, mais l’Assemblée nationale a voté, le 17 octobre, un amendement pour donner aux pharmaciens la possibilité de prescrire certains médicaments sur ordonnance. Une idée qui met les médecins généralistes en colère. MG France, par exemple, "refuse la confusion des rôles, née d'une incompréhension grave, voire d'une négation, de ce qu'est l'exercice médical et en particulier de celui du généraliste", et dénonce une "vente à la découpe de la profession".

La question du diagnostic et du suivi

L’amendement en question prévoit de mettre ce dispositif en place dans deux régions pendant trois ans à partir de janvier 2019. Les traitements de la cystite, de la conjonctivite ou de l’eczéma, notamment, seraient possiblement concernés. Un arrêté ministériel viendrait fixer une liste définitive des pathologies dont il serait question, et les pharmaciens devraient avoir à leur disposition un "arbre décisionnel" pensé en amont par les médecins.

Mais les généralistes craignent des erreurs de diagnostic et une mauvaise prise en charge. "Il s’agit là d’une remise en cause complète des contours de métier : cela revient à donner au pharmacien la responsabilité d’un diagnostic médical et d’une prescription de médicaments", estime le Dr Jean-Paul Ortiz, président de la Confédération des syndicats médicaux français. "La prescription s’appuie sur les conclusions d’un acte médical incluant un interrogatoire, un examen clinique et la confrontation de ces données à l'ensemble de l'historique du patient", souligne de son côté MG France. Si les deux organisations se disent favorables à une coopération efficace entre pharmaciens et médecins, elles regrettent que cet amendement ait été élaboré "en catimini". 

"Les médecins n’ont pas besoin que les pharmaciens viennent faire leur travail, ils ont besoin de secrétaires"

Selon les députés néanmoins, cette mesure permettrait d’alléger le travail des généralistes et de faciliter l’accès aux soins. Mais l’argument ne tient pas pour le Dr Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France : "Pour regagner du temps médical, les médecins n’ont pas besoin que les pharmaciens viennent faire leur travail, ils ont besoin de secrétaires qui gèrent efficacement des tâches administratives toujours plus nombreuses."

Pour le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens cependant, cet amendement est une avancée significative. Sa présidente, Carine Wolf-Thal, estime par ailleurs que "le pharmacien pourrait s’impliquer encore plus en matière de prévention et dans le parcours de soins". La ministre de la Santé Agnès Buzyn, quant à elle, a affirmé dans Les Echos le 23 octobre que "l’expérimentation mérite toujours d’être menée, et d’être généralisée s’il s’avère qu’on ne fait pas prendre de risque à la population".

Sponsorisé par Ligatus