La sérotonine : est-elle vraiment ”l'hormone du bonheur” ?

Surnommée ”hormone du bonheur”, la sérotonine est souvent assimilée à la dépression. C'est aussi le titre du dernier ouvrage de Michel Houellebecq, livre-évènement de cette rentrée littéraire d'hiver. Son héros, déprimé, se voit prescrire du Captorix par un médecin. Cet antidépresseur imaginaire, qui augmente la production de sérotonine, lui permet de mener une vie presque normale, sans idée suicidaire. Mais il devient impuissant et perd sa libido. Comment agit la sérotonine ? 

 

Par la rédaction d'Allodocteurs.fr

Rédigé le January 8, 2019 , mis à jour le January 8, 2019

La sérotonine, de son vrai nom 5-hydroxytryptamine (5-HT), est à la fois un neurotransmetteur et une hormone, ces deux catégories jouent le rôle de messagers. D'un côté les hormones régulent les activités de certains de nos organes et influent sur différents processus comme la croissance, la libido, le sommeil. De l'autre, les neurotransmetteurs, produits par les neurones, assurent la transmission d'informations dans le système nerveux. Produite à 95% par des cellules endocrines dans l'intestin, la sérotonine agit pourtant dans le cerveau. Elle est donc un neurotransmetteur lorsqu’elle est dans le système nerveux central, et une hormone locale dans le tube digestif. Si la sérotonine du cerveau ne représente que 1% de toute la sérotonine présente dans l’organisme, elle a un effet primordial sur le comportement et les humeurs.

Un seul composé, mais plusieurs rôles

La sérotonine est impliquée dans plusieurs processus physiologiques: le cycle veille/sommeil, l’humeur, la douleur, l’anxiété… Pendant le sommeil, elle n’est pas produite. Elle permet, étant produite dans l’intestin, de rendre plus rapide le transit de l’intestin grêle et du colon. Elle jouerait également un rôle sur certains cancers.

Ce neurotransmetteur a un effet antagoniste à celui de la dopamine. Alors que cette dernière favorise le plaisir immédiat, rapide, la sérotonine calme : une carence serait source de comportements agressifs.

Dans le roman de Michel Houellebecq, le Captorix crée une baisse de la libido. En réalité, c’est la baisse, et non pas l’augmentation du taux de sérotonine, qui entraine une baisse de la libido, et de probables éjaculations précoces. Cependant, la production de sérotonine est aujourd’hui bien l’objectif de nombreux antidépresseurs.

Alors, ”hormone du bonheur” ou pas ?

Les antidépresseurs stabilisent sa production, et surtout limitent sa destruction.  Mais la sérotonine n’est pas pour autant directement liée à la dépression : chez des patients en bonne santé, sans symptôme dépressif, une baisse de la sérotonine ne semble pas avoir d’effet. Les causes réelles de la dépression, tout comme ses mécanismes, sont aujourd’hui mal connues, ce pourquoi nous ne pouvons pas y lier directement la sérotonine. En effet, si la sérotonine agit bien sur les mécanismes des émotions,

son action est plus large, ce pourquoi les traitements à la sérotonine présentent des effets secondaires. Ce sont surtout les effets thérapeutiques de la sérotonine qui plaident en faveur de son lien avec la dépression.

”Hormone du bonheur” est donc abusif pour qualifier la sérotonine. Globalement, la sérotonine calme, stabilise et protège l’organisme contre le désordre extérieur et les comportements à risque. La sérotonine n’est donc pas l’aliment miracle du bonheur : elle rétablit simplement la balance des émotions.

Et la dépression saisonnière ?

La nuit qui tombe tôt, le froid : la dépression hivernale concernerait 4 à 6% des Français. Selon une étude menée par des chercheurs de l’université de Copenhague en 2014, la sérotonine joue un rôle dans la dépression saisonnière. En hiver, chez les patients atteints de dépression hivernale, le niveau de sérotonine disponible baisse, ce qui serait lié à la baisse du taux d’ensoleillement. Cependant, l’étude ne montre pas comment la lumière parvient à influencer les niveaux de sérotonine. La luminothérapie est aujourd’hui utilisée pour traiter la dépression saisonnière.

Sponsorisé par Ligatus