Premiers signes de démence sénile : et si c'était un problème d'audition ?

Les difficultés auditives chez les personnes âgées pourraient être confondues avec des déficits cognitifs. Une recherche souligne l’importance d’effectuer des tests auditifs, au moment des évaluations neuropsychologiques.

Par la rédaction d'Allodocteurs.fr

Rédigé le January 22, 2019 , mis à jour le January 22, 2019

"Nous voyons souvent des clients inquiets pour la maladie d'Alzheimer parce que leurs copains se plaignent du fait qu’ils ne prêtent pas attention, ils ne semblent pas écouter et ils ne se souviennent pas de ce qu'on leur dit", a déclaré le Dr Vandermirris, neuropsychologue au Baycrest Centre de Toronto.

Mais parfois, le problème est simplement, ou principalement, auditif. "Une personne ne se souviendra pas de quelque chose qu'on lui dit si elle ne l’entend pas bien".

Le Dr Vandermirris, en collaboration avec ses collègues, a mené une étude sur les clients de la clinique avec deux objectifs. Le premier consiste à comprendre si les neuropsychologues qui évaluent les capacités cognitives, prennent en compte aussi les capacités auditives du patient ; le seconde est de savoir si, une fois la perte d'audition constatée, les médecins modifient leurs prescriptions. Les résultats ont été publiés le 7 décembre dans la revue Canadian Journal on Aging

A lire aussi : Démence sénile : la musique améliore le bien-être des malades

Connaître le déficit auditif peut changer l'évaluation du neurologue

L'étude a été réalisée en 2015 sur 20 clients de la clinique âgés de 70 ans en moyenne. Les chercheurs ont évalué l'audition du client, puis son état cognitif (par exemple, sa mémoire). Plus de la moitié des participants avaient une perte auditive allant de légère à sévère. Tandis qu'un quart d'entre eux ne présentaient aucune déficience cognitive.

Quatre neuropsychologues ont été invités à rencontrer les patients et à évaluer leurs capacités auditives sans avoir vu les résultats du test de dépistage effectué par les chercheurs. Les neuropsychologues ont été relativement précis dans l'évaluation des capacités auditives des patients : ils ont effectué une évaluation correcte dans 60% des cas. Après avoir vu les résultats du test, cependant, dans 25% des cas, ils ont changé d'ordonnance : ils ont dirigé certains patients vers des services ORL et leur ont recommandé, ainsi qu'à leurs familles, de se renseigner sur la perte auditive et la communication.

A lire aussi : Baisse de l'audition : quels effets sur le cerveau ?

Les troubles auditifs augmentent le risque de développer une démence sénile

L'étude a été menée sur un très petit nombre de patients, mais c’est le point de départ pour une réflexion important. D'une part, les problèmes d'audition sont extrêmement fréquents chez les personnes âgées, mais ils ne sont traités de manière appropriée que dans un quart des cas. D'autre part, plusieurs études ont suggéré un lien entre la perte d'audition et l'apparition de la démence sénile. Les raisons de cette connexion ne sont pas encore claires, mais chez les sujets ayant des difficultés d'audition, une perte de volume cérébral est observée. De plus, les personnes qui entendent mal sont plus exposées au risque d’isolement et l’isolement social est un facteur de risque pour le développement de la démence sénile.

Pour cette raison, les chercheurs de l'étude soulignent l'importance de réaliser des tests de dépistage simples des troubles de l'audition, ainsi que des évaluations des capacités cognitives chez les personnes âgées.

"Afin de fournir la meilleure assistance possible à nos clients âgés, il est impératif que les neuropsychologues et les audioprothésistes travaillent ensemble pour faire face à l'apparition fréquente de pertes cognitives et auditives chez les individus", a déclaré Kate Dupuis, auteure principale de l'étude.