Calvados : des pompiers se forment à la langue des signes

Aujourd’hui, 7 millions de Français souffrent de déficiences auditives. Pour mieux les prendre en charge, des pompiers du Calvados se sont mobilisés pour se former et former leurs collègues à la langue des signes.

Par la rédaction d'AlloDocteurs.fr

Rédigé le February 20, 2020 , mis à jour le February 21, 2020

La plupart des Français n’apprennent pas et ne maîtrisent pas la langue des signes, et cela concerne aussi les soignants ou les pompiers. Alors, pour faciliter leurs interventions et les rendre plus efficaces, le sergent Rémy Touzé a eu l’idée de former ses collègues à la LSF, la langue des signes française. Le déclic, il l’a eu après avoir été confronté à une vraie difficulté sur le terrain : « Je me suis rendu compte que sur une intervention, (...) on récoltait des informations qui n’étaient pas certaines», explique ce sapeur-pompier en exercice depuis dix ans dans le Calvados.

Des dessins pour mieux communiquer

Le sapeur-pompier a fait appel à Farid Darkaoui, formateur bénévole en langue des signes, qui a tout de suite accepté... après avoir lui-même souffert en tant que patient de l'impossibilité de communiquer avec les soignants. « J’avais pas les informations, les conclusions de ce qu’on pensait que j’avais. On m’a amené à l’hôpital, je ne savais pas ce qu’on me faisait. C’est pas juste, c’est mon corps quand-même.» raconte t-il.

Rassurer la victime, comprendre ce qui s’est passé, évaluer sa douleur, ses besoins… Pour tous ces échanges, un carnet rempli de pictogrammes spécifiques a été mis au point. Un outil de communication plus efficace que l’écrit ou la lecture sur les lèvres, conçu en collaboration avec les associations de sourds.

Quelques "signes" clés pour la prise en charge

Et la formation transmet aussi quelques "signes" clés pour la prise en charge comme "est-ce que ça va ?", "calmez-vous"... « La LSF (la langue des signes françaises), c’est notre première langue, la langue française c’est la deuxième langue. Il y a des malentendus, des incompréhensions face à une phrase écrite», explique Virginie Cronier présidente de l'Association des sourds du Calvados. « Ça peut accentuer le stress, c’est préférable de passer par la langue des signes.» 

Pour l’instant, 250 soldats du feu ont été formés. Objectif : initier tous les sapeurs-pompiers du Calavados, professionnels et volontaires, d’ici la fin de l’année. Avec l’ambition, à terme, d’étendre cet enseignement à toute la France.