Un champion de para-tir à la conquête de nouvelles médailles à Tokyo

Depuis plus de vingt ans, Cédric Fèvre, un des grands champions français, pratique le tir à la carabine handisport : le paratir. À l’approche des Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo, il vous fait découvrir cette discipline exigeante qui demande concentration et maîtrise de soi.

 

 

Par Céline Morel, journaliste

Rédigé le June 7, 2021 , mis à jour le June 9, 2021

Cédric Fèvre qui se cache derrière sa carabine, est un redoutable champion de tir. Il est né avec un spina bifida, une malformation congénitale rare de la colonne vertébrale, qui entraîne une paralysie des membres inférieurs, une perte de sensibilité et des troubles cognitifs. Mais à force d’entraînement et de volonté, il a atteint un très haut niveau. 

À 37 ans, il a une seule obsession, viser le coeur de la cible située à 10 m. Il a un geste technique et une concentration extrême car tout se joue au dixième de millimètre. 

" Il faut énormément de concentration, de gestion des émotions, explique t-il après c’est une discipline qui est très technique, c’est vraiment quelque chose qui me plait. Pour le tir à la carabine en paratir on utilise le même matériel que pour les personnes valides, on a une carabine à air comprimé, on tire avec des plombs, on a une veste sur mesure, on a la courroie qui nous permet de supporter le poids de la carabine en tir couché, et on a un gant de tir pour protéger la main ". 

En compétition, les règles sont également identiques au tir valide, 50 minutes pour tirer 60 plombs. La seule différence est la position. En tir couché, les athlètes handi sont assis sur leur fauteuil, équipés d’une tablette sur laquelle ils peuvent poser leurs coudes.  

Médaillé d'or à Londres

Il a à son palmarès 17 finales internationales et une consécration, la médaille d’or aux Jeux Paralympiques de Londres en 2012. Un souvenir gravé dans sa mémoire, mais aussi dans celle de ses parents…  

" Sa première médaille, je crois que je n’ai jamais autant pleuré, que ce jour-là confie sa mère. C’était très fort, quand on voit son petit bout de chou, d’où il est parti, c’est une telle récompense pour lui et tous ses efforts, on était fiers de lui ". 

14 opérations chirurgicales

 

C'est une belle récompense après un parcours semé d’épreuves. Pendant les premières années de sa vie, Cédric a bénéficié de 14 opérations chirurgicales, notamment au niveau de sa colonne vertébrale. Malgré les troubles moteurs et les problèmes d’équilibre liés à son handicap, ses parents l’ont toujours poussé à faire du sport  : natation, poney, vélo… A 10 ans, il découvre le tir à la carabine, une révélation et le début d’une longue carrière.  

"Ils m’ont toujours encouragé, accompagné, se vient-il. Cette force je leur dois à eux, ça m’a aidé à accepter toutes les difficultés".  

S’entrainer pour rester au plus haut niveau

​Le champion passe au moins 4h par semaine dans une salle de musculation, avec Miguel son préparateur physique depuis 6 ans. Le point clé de ses séances est le renforcement du haut du corps, indispensable pour rester stable pendant qu’il tire à la carabine.  

Miguel Ruiz, Creps Bourgogne-Franche-Comté, préparateur physique : "Dès qu’il va commencer à fatiguer, il va trembler et plus il sera tonique plus il sera fort, plus il sera capable de tenir longtemps ". Il a besoin d’appui au niveau du tronc, au niveau des jambes et des pieds, c’est toute cette chaine que l’on veut travailler de manière qu’elle soit solide".  

Cédric ne peut pas marcher plus de quelques minutes, mais une fois assis sur un vélo, il peut pédaler sans douleur. 

"J’ai un handicap qui me permet de pratiquer le vélo, explique Cédric, c’est un plaisir plutôt qu’une difficulté. Mes mollets ne fonctionnent pas donc je travaille uniquement au niveau des quadriceps en fait ".  

Ce travail ciblé sur les jambes est aussi bénéfique pour ses performances de tir. Le tir, plus qu'une passion a permis à Cédric de repousser toujours plus loin les limites du handicap. Dans quelques semaines, il devrait s’envoler pour les jeux Paralympiques de Tokyo pour conquérir de nouvelles médailles.  

Si vous voulez en savoir plus sur cette maladie rare vous pouvez vous rendre sur le site de l’Association Nationale Spina Bifida à l’adresse suivante : Spina-bifida.org.