Journée du don d’organes : le rôle déterminant de l’infirmière coordinatrice

Donneurs, receveurs et soignants sont tous unis à vie après une greffe. Dans cette chaîne humaine représentative de la solidarité et de la générosité officient les infirmières coordinatrices.

 

Par la rédaction d'Allodocteurs.fr

Rédigé le June 22, 2020 , mis à jour le June 22, 2020

C’est un acte bénévole et anonyme : le don d’organes et de tissus. Un geste qui sauve et prolonge des vies. En France, plus de 63 000 personnes vivent grâce à un organe greffé. Des vies sauvées notamment grâce à des soignants, dédiés à cette activité. Parmi eux, des infirmiers coordinateurs. Leur rôle ? Coordonner le bon déroulement de la procédure et s’assurer que celle-ci se passe dans le respect du défunt et de sa famille.

Créer un lien avec les proches est d’ailleurs essentiel. “Le législateur a renforcé le principe du consentement présumé. Ça fait partie de ce que l’on va évoquer au cours de l’entretien, en rappelant aux proches que l’on est tous donneur et que ce qui nous importe c’est la position du défunt. Ensuite, il faut rassurer essentiellement. Rassurer notamment sur le rendu du corps après le prélèvement et s’assurer que la volonté du défunt sera respectée quoiqu’il arrive” explique Carole Genty, infirmière coordinatrice des prélèvements d’organes et de tissus au Centre hospitalier de Valenciennes.  

66 931 patients ont bénéficié d'une greffe de tissus en 2019
 
Un rôle de soutien psychologique et de coordinatrice mais pas seulement. Dans son service, Carole Genty est aussi habilitée à réaliser des prélèvements de tissus, et notamment des prélèvements de cornée et d’épiderme. C’est un pan moins connu du don d’organes pourtant en 2019, 66 931 patients ont bénéficié d’une greffe de tissus. S'ils sont défaillants, les os, la peau, les artères, les tendons et la cornée peuvent être remplacés mais là encore une greffe ne peut se faire sans donneur.

En 2020, l’activité a été perturbée par l'épidémie. Pendant toute la crise, “les prélèvements de tissus ont été suspendus. Par contre on a gardé une astreinte pour assurer les prélèvements d’organes et permettre aux patients qui sont en attente d’une greffe vitale et urgente de pouvoir bénéficier d’une transplantation” détaille Carole Genty. Après avoir été réaffectée dans un autre service, Carole Genty est désormais de retour à son poste.