Reconstruction mammaire : au-delà des prothèses

Comment retrouver sa féminité après une ablation du sein ? Que peut la chirurgie ? Comment reconstruire une poitrine harmonieuse sans utiliser de prothèse mammaire ? Qu'est-ce que la méthode DIEP ? Peut-on facilement s'approprier ces nouveaux seins ?

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr

Rédigé le April 15, 2009 , mis à jour le March 30, 2015

Sommaire

Cancer du sein et mastectomie

Michel Cymes et Benoît Thevenet expliquent la reconstruction mammaire.

Chaque année en France on diagnostic 52.000 nouveaux cas de cancers du sein. C'est le cancer le plus fréquent chez la femme et sa fréquence progresse de 2 à 3% par an.

Le cancer du sein se développe dans la glande mammaire. Il peut occuper une place plus ou moins importante. Souvent le chirurgien préfère retirer tout le sein : c'est ce que l'on appelle une mastectomie. Cela évite de laisser des cellules cancéreuses et limite ainsi les risques de récidive.

La chirurgie plastique et reconstructrice est de plus en plus souvent conseillée après l'ablation d'une tumeur. Elle permet d'offrir aux patientes une aide considérable en retrouvant une poitrine proche de celle qu'elles avaient avant l'intervention.

Il existe plusieurs méthodes de reconstruction. Tout d'abord et c'est la plus connue : la pose d'une prothèse en silicone ou remplie de sérum physiologique est possible mais à une condition que la peau du sein soit de bonne qualité.

Si la pose d'une prothèse n'est pas possible ou alors refusée par la patiente, les chirurgiens peuvent proposer de reconstruire le sein à partir d'une autre partie du corps, c'est une autogreffe. On peut prélever au niveau du dos, un morceau de muscle, de la peau et de la graisse, puis on glisse cette partie au niveau du sein, ce qui permettra de reconstruire la forme de la poitrine. On peut également prélever les deux muscles de l'abdomen.

La reconstruction de la féminité

C'est souvent quelques mois après l'ablation qu'est réalisée la reconstruction du sein.

L'un des objectifs de la reconstruction mammaire est d'aider les patientes à accepter ce qui leur est arrivé et à retrouver un corps qui leur plaît.

La reconstruction mammaire peut être réalisée en même temps que l'ablation mais aussi, c'est souvent le cas, quelques mois après les traitements contre le cancer, lorsque la patiente est en rémission, ce qui permet également de faire le deuil du sein qui a été enlevé.

Il existe une quinzaine de méthodes de reconstruction et elles dépendent d'abord du choix des femmes et des possibilités du chirurgien. La peau, par exemple, peut être abîmée par les séances de radiothérapie et il faudra en tenir compte.

La reconstruction par DIEP

Attention, images de chirurgie : un morceau de l'abdomen remplace le sein.

Il existe une autre technique appelée DIEP, pour Deep Inferior Epigastric Perforator Flap en anglais. Elle consiste à prélever la graisse et la peau d'une partie de l'abdomen sans toucher au muscle. Cette opération est plus délicate et plus complexe car il s'agit d'épargner le muscle mais c'est de loin la chirurgie la mieux supportée par les patientes. La cicatrisation est plus rapide et les douleurs moins importantes que lorsque l'on retire le muscle.

La poitrine retrouvée

Témoignage d'Ester Lynne après une reconstruction par DIEP

Toutes les femmes qui souhaitent faire une reconstruction par DIEP peuvent y avoir accès. Il n'existe aucune contre-indication sauf peut-être le fait d'avoir déjà subi une grosse intervention sur l'abdomen ou de ne pas avoir assez de graisse dans le ventre. Dans ce cas, une alternative est proposée, celle de prélever un lambeau de graisse au niveau de la fesse. Mais cette méthode reste encore assez marginale.

La reconstruction du mamelon

Attention, images d'intervention chirurgicale : le chirurgien reconstruit le mamelon, puis l'aréole.

Après une mastectomie, la reconstruction du mamelon s'impose.

Le chirurgien reconstitue l'aréole en se servant d'un prélèvement au niveau du pli de l'aine.

Il peut aussi avoir recours à un simple tatouage ou dermopigmentation. Le résultat est pratiquement aussi bon qu'avec un prélèvement de peau.

 

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Ailleurs sur le web :

Sponsorisé par Ligatus