Prouesse médicale : deux bébés opérés de la colonne vertébrale in utero au Royaume-Uni

Pour la première fois au Royaume-Uni, deux bébés ont été opérés de la colonne vertébrale alors qu’ils étaient encore dans l’utérus de leur mère pour traiter une malformation grave de leur système nerveux central. 

Par la rédaction d'Allodocteurs, avec communiqué de presse

Rédigé le October 26, 2018 , mis à jour le October 26, 2018

Paralysie, perte de sensibilité des membres inférieurs, incontinence... Le spina bifida, une malformation congénitale rare, peut avoir des conséquences très graves. Il survient in utero, durant les premiers mois de la grossesse. Au cours du développement du foetus, le tube neural (qui donne naissance à la moelle épinière et à l'ensemble du système nerveux) ne se referme pas complètement dans le bas du dos. Résultat : les deux ou trois vertèbres qui l'entourent ne peuvent pas venir se souder pour constituer la colonne vertébrale, laissant la moelle épinière et ses racines sans protection. Cette exposition des tissus peut provoquer des fuites de liquide céphalo-rachidien et nuire au développement du cerveau, entraînant potentiellement des problèmes de santé et de mobilité à long terme pour l'enfant.

Agir précocement pour limiter les séquelles neurologiques

Par le passé, les chirurgiens fermaient la colonne vertébrale exposée après la naissance de l’enfant, lorsqu’il était suffisamment solide pour subir une procédure médicale invasive. Pour la première fois au Royaume-Uni, cette malformation, détectée à 90% par l’échographie, a pu être opérée avant même l'accouchement de la mère. Des études sont venues montrer que réparer la colonne vertébrale plus tôt pouvait arrêter la perte de liquide céphalo-rachidien et améliorer la santé et la mobilité du bébé.

Cette prouesse chirurgicale avait déjà été réalisée en France en 2014.  A son tour, une équipe de 30 membres du personnel médical anglais a effectué deux interventions chirurgicales de 90 minutes à l’University College Hospital de Londres, en réparant une petite ouverture dans les colonnes vertébrales des nourrissons alors qu’ils étaient encore en gestation.

"C’est fantastique. Les femmes n’ont désormais plus besoin de quitter le Royaume-Uni. Elles peuvent être avec leurs familles. Il y a moins de dépenses. Que du positif", a déclaré le Pr Anna David de l’University College. 

Une intervention qui présente des risques

La procédure n’est évidemment pas sans risques, ni pour l’enfant, ni pour la mère. Elle expose à des complications, des risques d’infections ou peut provoquer une naissance prématurée. Elle impose également une naissance par césarienne.

Sponsorisé par Ligatus