Deux soignants de Tours mis en examen pour empoisonnement

Un médecin et une infirmière de Tours ont été placé en détention provisoire pour empoisonnement avec préméditation. La banque de la victime, octogénaire, a signalé des mouvements de fonds importants.

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr, avec AFP

Rédigé le September 11, 2020 , mis à jour le September 11, 2020

Un médecin généraliste et une infirmière ont été mis en examen et écroués le 10 septembre pour "empoisonnement avec préméditation" d'un homme de 82 ans, a annoncé le procureur de la République de Tours. 

Le médecin, âgé de 60 ans, et l'infirmière, âgée de 53 ans, ont été placés en détention provisoire. L'infirmière est aussi soupçonnée "d'abus de faiblesse" et "d'administration de substance nuisible de nature à porter atteinte à l'intégrité physique de l'octogénaire", a précisé le magistrat, confirmant une information d'Europe 1.

A lire aussi : En Allemagne, un infirmier soupçonné d’avoir tué six de ses patients

Un patient qui voulait mourir

Selon le parquet, la victime aurait demandé à son médecin généraliste de l'euthanasier, avant de se réveiller à l'hôpital Bretonneau de Tours un matin d'octobre 2019, après plusieurs jours de coma. 

Il a durant quelques minutes confié sa surprise d'être encore en vie car on lui avait promis l'euthanasie, contre une rémunération. Une déclaration suffisamment surprenante pour que le service de réanimation de l'hôpital alerte le procureur. 

Le patient est décédé un mois plus tard, " victime d'un empoisonnement poly-médicamenteux", selon le procureur. 

A lire aussi : Un naturopathe soupçonné d’homicide involontaire à Paris

D’importants mouvements de fonds

D'autres signalements ont conduit les enquêteurs de la police judiciaire de Tours à interpeller mardi le médecin et l'infirmière, ainsi que plusieurs de ses proches. L'un de ces signalements provenait de la banque de l'octogénaire au sujet de mouvements de fonds importants.

Les enquêteurs ont alors découvert que le patient entretenait une relation jugée "ambiguë" avec l'infirmière. Elle a ainsi reçu de nombreux virements bancaires et cadeaux, pour une somme dépassant les 180.000 euros.

Démentis des accusés

Selon le parquet, le médecin et l'infirmière ont reconnu avoir "accepté de procéder à l'euthanasie de la victime". Le généraliste a en revanche contesté l'empoisonnement, disant avoir "injecté un placebo pour dégoûter son patient d'un passage à l'acte".

La soignante dément, elle, "tout attrait financier". Elle a justifié l'argent et les objets retrouvés à son domicile et dans un box loué par une autre personne comme "des dons". 

Les deux principaux suspects ont été placés en détention provisoire, les quatre autres mis en cause ont été libérés et seront à nouveau convoqués par le juge d'instruction.