Le label "Humanitude" pour soigner avec bienveillance les personnes âgées en pleine expansion dans les EHPAD

Depuis 2012, cette philosophie de soin est enseignée au personnel de certains EHPAD. Ils sont déjà 18 à avoir reçu le label « Humanitude » et une centaine d’établissements est en cours de formation

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr

Rédigé le January 10, 2019 , mis à jour le January 11, 2019

Dans cette maison de retraite de Sucy-en-Brie, dans le Val-de-Marne, la distribution de médicaments avant les repas n’est pas expédiée. C’est un moment de partage entre les soignants et les résidents. Un accompagnement auquel le personnel est formé dans le cadre du projet de label « Humanitude ». Aurélie Hernandez, infirmière à la résidence de la Cité Verte, explique : « on capte tout d’abord le regard. C’est primordial puisque dire « bonjour » à une personne qui ne nous regarde pas, c’est l’impliquer dans une relation qu’il n’a peut-être pas envie d’établir… Donc, par le regard, on capte déjà la relation.  Ensuite, on peut introduire un toucher progressif si la personne le souhaite ».

L’"Humanitude", c’est d’abord savoir se mettre à l’écoute, même des patients qui ont du mal à s’exprimer. Parmi les critères du label, il y a donc la très faible prescription de traitements qui les calmeraient artificiellement. « Ici, on emploie plutôt des techniques non médicamenteuses, ajoute Aurélie Hernandez, parce que le but, c’est qu’ils restent en lien avec nous. »  L’équipe doit aussi s’adapter au rythme des patients pour les soins, les repas ou le coucher.

Selon Pascal Champvert, le directeur de la résidence de la Cité Verte (94), respecter les principes de l’ « Humanitude » suppose de ne pas être en sous-effectif. «Il y a des établissements qui réussissent à être dans des cercles vertueux, c’est-à-dire que mieux on travaille avec les personnes âgées, mieux les personnes âgées se portent. Plus les familles sont contentes et plus les personnels vont bien. » 

L’obtention du label repose aussi sur le bien-être des soignants, évalué notamment à partir des arrêts-maladies.