60 Millions de consommateurs alerte sur la toxicité des produits ménagers

Allergènes, cancérogènes... les produits ménagers industriels contiennent des substances toxiques polluantes pour l’air intérieur et dangereuses pour la santé, s’inquiète le magazine "60 Millions de consommateurs".

©Fotolia

Par la rédaction d'Allodocteurs.fr, avec AFP

Rédigé le April 12, 2019 , mis à jour le April 12, 2019

"Toxiques et polluants". Dans un hors-série publié le 12 avril 2019 et consacré à la pollution de l’air intérieur, 60 Millions de consommateurs alerte sur la composition des produits ménagers. Ces derniers contiendraient, pour la plupart, une ou plusieurs substances toxiques "nuisibles à notre santé ou à l’environnement".

Composés allergisants et cancérigènes

Pour mener son enquête, le magazine a passé à la loupe les ingrédients de 60 produits ménagers parmi les plus vendus en France, en étudiant leur étiquette mais aussi leur fiche de données de sécurité. Sur tous ces produits d'entretien testés par le magazine, aucun n'est classé comme vertueux et neuf contiennent des substances dites "nocives", émettant plusieurs "substances toxiques" sous forme de composés organiques volatils (COV). Ces éléments chimiques se répandent dans l’air intérieur, contribuent à sa pollution et risquent alors d’entraîner des troubles respiratoires.
Parmi les COV retrouvés dans les produits ménagers classiques, certains sont classés comme cancérigènes possibles, comme l’acétaldéhyde, ou avérés, comme le formaldéhyde.


Autres composés chimiques pointés du doigt par 60 Millions : les isothiazolinones, des conservateurs dont le rôle est d’éliminer les micro-organismes. Présents dans 67% des produits analysés, "ils se révèlent extrêmement allergisants", note le magazine.

A lire aussi : Qualité de l'air intérieur : gare aux bougies et encens !

Un Menag’score pour mieux choisir ses produits ?

Quelle solution s’offre alors aux consommateurs pour continuer à entretenir leur intérieur sans s’exposer à des composés dangereux ? Le premier réflexe à adopter serait d'aérer les pièces pendant et après leur nettoyage, en été comme en hiver. L’air intérieur est en effet sept fois plus pollué que l’air extérieur, rappelle 60 Millions.

Deuxième habitude importante à mettre en place : celle de décrypter chaque étiquette avant de mettre un produit ménager dans son panier de course. Pour aider les consommateurs dans cette tâche contraignante, 60 Millions propose la mise en place d’un "Menag'score" qui classerait les produits de A à E en fonction de la quantité de ces substances nocives, sur le même principe que le "Nutri Score".

Les produits "faits maison" moins toxiques, selon l’Ademe

Enfin, pour diminuer la pollution de l'air intérieur, mieux vaut se passer de produits ménagers industriels et favoriser des produits "faits maison" notamment à base de vinaigre blanc ou de bicarbonate, selon l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (Ademe) qui publie de son côté le 11 avril les résultats d’une étude menée avec l’Institut national de l'environnement industriel et des risques (INERIS) et le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB).

"Globalement, les produits 'faits maison' émettent des quantités plus faibles de composés volatils que les produits manufacturés" écrit ainsi l’Ademe dans un communiqué. "Il convient toutefois de limiter l’ajout d’huiles essentielles au strict nécessaire" car leur présence "contribue à augmenter assez fortement les émissions de substances à risques sanitaires potentiels", précise-t-elle.

Dernier conseil fourni par l’Agence : "préférer des produits non parfumés" si vous choisissez des nettoyants industriels et, si vous fabriquez vous-mêmes vos produits,  pensez à "limiter le nombre d’ingrédients et les quantités d’huiles essentielles". Car, dans tous les cas, "une odeur agréable ne signifie pas nécessairement qu’un produit est sain et/ou efficace" rappelle enfin l’Ademe.