Sanofi déconseille son vaccin contre la dengue

Le géant de l'industrie pharamceutique déconseille depuis mercredi l'utilisation de son vaccin anti-dengue Dengvaxia® (Sanofi), premier vaccin contre la dengue utilisé dans le monde, aux personnes n'ayant jamais été infectées. 

Par la rédaction d'Allodocteurs.fr, avec AFP

Rédigé le December 4, 2017 , mis à jour le December 4, 2017

Les essais thérapeutiques du Dengvaxia®, vaccin contre la dengue de Sanofi, étaient enthousiasmants. Mais des travaux publiés à l’automne ont montré que, s’il a un intérêt chez des personnes qui ont déjà développé des symptômes de la maladie, son effet est potentiellement délétère chez les autres.

Se référant aux derniers travaux en date, le laboratoire a officiellement déclaré ce 29 novembre que "pour ceux qui n'avaient pas été précédemment infectés […] davantage de cas de maladie grave pourraient survenir après la vaccination en cas d'infection à la dengue". Sur cette base, Sanofi a appelé à ne plus administrer le Dengvaxia® aux personnes n'ayant jamais été infectées.

Une campagne interrompue au Philippines

Le 1er décembre, les Philippines ont annoncé suspendre une campagne de vaccination anti-dengue, déjà administré à plus de 733.000 enfants. "À la lumière de ces nouvelles informations, le ministère de la Santé suspendra le programme de vaccination anti-dengue, tandis que des vérifications et des consultations sont en cours avec des experts […] et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS)", a déclaré le secrétaire d'État philippin à la Santé Francisco Duque. Il a souligné que le gouvernement philippin n'avait pour l'instant reçu "aucun signalement de problèmes liés à Dengvaxia". "Actuellement, il n'y a pas de cas d'infection grave à la dengue parmi ceux qui ont été vaccinés".

Le secrétaire d’État a également indiqué que ces nouvelles informations ne signifiaient pas que tous ceux qui n'ont jamais été infectés souffriraient de la forme plus grave de la dengue s'ils étaient vaccinés. Le ministère de la Santé va renforcer son suivi des personnes vaccinées et enquêter sur les cas de personnes tombant malades, a-t-il ajouté.

Des conséquences financières importantes

Malgré la suspension de la campagne de vaccination, M. Duque a souligné que "la vaccination [restait] essentielle dans le cadre de la prévention et du contrôle de la dengue". Dans un communiqué, l'OMS a recommandé que "Dengvaxia soit administré seulement aux personnes ayant déjà été infectées par le dengue". Un groupe d'experts de l'OMS doit en outre se réunir dans deux semaines pour décider du maintien ou non de la suspension.

Cette annonce va avoir d'importantes conséquences financières pour Sanofi, dont les ventes du vaccin sont déjà inférieures aux attentes. Le laboratoire pharamceutique qui a travaillé pendant vingt ans et investi 1,5 milliard d'euros pour mettre au point le Dengvaxia, a annoncé qu'il avait passé une charge pour dépréciation de ses stocks de vaccins, qui devrait impacter le résultat net de l'ordre de 100 millions d'euros au quatrième trimestre.

Abandon du vaccin contre "clostridium difficile"

Ce n'est pas la seule mauvaise nouvelle pour le géant pharmaceutique. Un autre vaccin en cours de développement est en passe d'être abandonné, le vaccin contre les infections à «clostridium difficile», dues aux antibiotiques (maladies nosocomiales contractées à l'hôpital)A la suite d'une analyse intermédiaire planifiée, le Comité de surveillance indépendant du programme clinique de l'étude de phase III  Cdiffense a conclu que la probabilité de succès de l'étude par rapport à son objectif primaire était faible. En conséquence, Sanofi a décidé de mettre fin au développement clinique de son vaccin candidat contre Clostridium difficile, pour se focaliser sur six projets clés de vaccins actuellement en développement. 

avec AFP

Un millier de Philippins sont morts de la dengue en 2016 sur un total de 211.000 cas, selon les statistiques officielles.

Sponsorisé par Ligatus