Le vaccin de Pfizer contre la Covid serait efficace à 95%

Le laboratoire a terminé la dernière phase de son essai clinique. Les résultats seraient encore plus encourageants que ceux annoncés précédemment.

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr, avec AFP

Rédigé le November 19, 2020 , mis à jour le November 19, 2020

Le vaccin développé par l'alliance Pfizer/BioNTech serait efficace à 95% pour prévenir le Covid-19, ont annoncé les sociétés le 18 novembre dans un communiqué. Cette fois, leurs résultats proviennent d’essais cliniques terminés.

Leurs résultats partiels publiés la semaine dernière montraient "plus de 90%" d'efficacité. Ce nouveau chiffre conforte les prédictions des autorités américaines selon lesquelles au moins un vaccin pourra commencer à être administré aux Américains avant la fin de l'année. 

A lire aussi : Cinq questions sur le vaccin Pfizer contre la covid

Un essai sur 43 000 personnes

Le vaccin se prend en deux doses espacées de trois semaines. 162 membres du groupe placebo de l'essai ont contracté le Covid-19 dans les sept jours suivant la seconde dose du vaccin, contre seulement 8 dans le groupe vacciné. Le protocole de l'essai prévoyait d'évaluer l'efficacité une fois qu'un total de 170 cas était atteint dans les deux groupes.

Au total, plus de 43.000 personnes se sont portées volontaires pour cet essai, commencé fin juillet, et qui est censé se poursuivre. Neuf cas sévères de Covid-19 ont été observés dans le groupe placebo, et un dans le groupe vacciné. 

Des résultats particulièrement encourageants

L'efficacité du vaccin Pfizer/BioNTech pour les personnes de plus de 65 ans était de "plus de 94%", précise le communiqué. 41% des volontaires inclus dans l’essai avaient entre 56 et 85 ans.

Ce niveau d'efficacité, s'il était confirmé dans la population, placerait le vaccin parmi les plus efficaces au monde, comparable à celui de la rougeole, et bien meilleur que le vaccin contre la grippe, qui récemment n'était efficace qu'à 60%.

Peu d’effets secondaires

Les seuls effets secondaires importants observés chez plus de 2% des participants ont été la fatigue (3,8%) et des maux de tête (2%), ce qui fait dire aux fabricants que le vaccin est "bien toléré".

Pfizer attendait d'avoir deux mois de suivi pour au moins la moitié des participants avant de demander une autorisation à la FDA, une étape dont le groupe savait qu'elle serait franchie cette semaine.

Demande d’autorisation dans les prochains jours

Pfizer demandera une autorisation de commercialisation "d'ici quelques jours" à l'Agence américaine des médicaments (FDA). 

La FDA pourrait ensuite donner son feu vert à la mise sur le marché dès le mois de décembre, a indiqué le 15 novembre un haut responsable de l'opération gouvernementale pour les vaccins, Moncef Slaoui.

Une technologie novatrice

"L'essai marque une étape importante dans la quête historique de huit mois pour développer un vaccin capable de mettre fin à cette pandémie dévastatrice", a déclaré le PDG de Pfizer, Albert Bourla.

Pour Ugur Sahin, le cofondateur de BioNTech, petite société de biotechnologie allemande qui a développé la technologie nouvelle sur laquelle le vaccin est fondé, l'ARN messager, "cette réussite illustre le potentiel de l'ARN messager en tant que nouvelle catégorie de médicaments".

Moderna, société américaine, a annoncé le 15 novembre des résultats similaires (94,5% d'efficacité), avec un vaccin également fondé sur l'ARN messager. Dans les deux cas, les vaccins ont semblé particulièrement efficaces pour prévenir les formes graves du Covid-19.

A lire aussi : Covid : On vous explique pourquoi la technologie des vaccins Pfizer et Moderna est révolutionnaire

Des données à vérifier et consolider

Mais la FDA devra évaluer en détails les données sur l'efficacité et la sécurité des deux vaccins, des détails qui n'ont pas été rendus publics par les fabricants. Le régulateur s'est engagé à le faire le plus publiquement possible.

Les Etats-Unis, l'Europe et d'autres pays ont déjà réservé des centaines de millions de doses du vaccin Pfizer. Le groupe prévoit d'être capable d'en produire 50 millions cette année, soit de quoi vacciner 25 millions de personnes, et 1,3 milliard en 2021.