INFOGRAPHIES. Le point sur la situation épidémique en fonction de votre région

Le week-end du 26 février, certains territoires de France métropolitaine ont entamé un confinement local. Mais d’autres régions demeurent épargnées par le coronavirus.

Par Lucile Boutillier

Rédigé le March 1, 2021 , mis à jour le March 2, 2021

Alors que la campagne de vaccination contre le Covid a commencé il y a deux mois, des confinements locaux ont été décidés en France. Nice et Dunkerque sont confinées le week-end depuis le 26 février. Pourtant, d’autres territoires comme la Bretagne souhaiteraient eux alléger les restrictions. 

L’épidémie évolue de manière très différente selon les régions de France métropolitaine. 3492 malades du Covid se trouvent en réanimation le 28 février. La plupart en Ile-de-France et en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

A lire aussi : Covid : 20 départements classés en «surveillance renforcée»

Les régions les plus touchées

Avec 483 patients en réanimation le 28 février, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur est la première où un confinement local a été décidé. 735,2 nouveaux cas pour 100 000 habitants ont été enregistrés à Nice la semaine du 26 février. C’est bien au delà de la moyenne nationale, à 275,8.

Dans les Hauts-de-France, c’est dans la métropole de Dunkerque que la situation est la plus préoccupante. Santé Publique France y a détecté 910 nouveaux cas pour 100 000 habitants la semaine du 25 février. C’est quatre fois plus élevé que la moyenne nationale. La métropole a donc été confinée le week-end, à partir du 26 février comme Nice.

La région la plus peuplée de France affiche le plus haut taux d’occupation de réanimation de France métropolitaine, avec 814 patients. A Paris, le taux d’incidence monte à 332,8 nouveaux cas pour 100 000 habitants la semaine du 26 février. Selon une étude de l’institut Pasteur, 3 Franciliens sur 10 ont déjà eu le Covid, contre 17% des Français.

En Auvergne-Rhône-Alpes, le taux d’incidence passe sous la moyenne nationale. C’est aussi le cas dans la métropole la plus peuplée de la région : à Lyon, 240,5 nouveaux cas pour 100 000 habitants ont été détectés la semaine du 26 février.

L’endroit qui pose le plus de difficultés dans le Grand Est en ce début mars n’est pas une métropole comme pour les autres régions. Le département de la Moselle est considéré comme un territoire à risque par l’Allemagne. Un test négatif sera exigé pour entrer en Allemagne depuis la Moselle à partir du 2 mars.

Les régions les moins touchées

La situation épidémique d’autres régions françaises est beaucoup moins inquiétante. La Bretagne est la région de France métropolitaine où le virus circule le moins. La métropole de Brest enregistre un taux d’incidence de 61,6 nouveaux cas pour 100 000 habitants. Dans la région, de nombreuses voix réclament un adoucissement des restrictions.