Covid : que sait-on des variants américains ?

Le variant californien semble, comme les autres variants, plus contagieux que l’ancienne souche du coronavirus. Mais il pourrait aussi être plus mortel et avoir la capacité d'échapper à la surveillance du système immunitaire.

Crédits Photo : © Shutterstock / Lightspring

Par la rédaction d'Allodocteurs.fr

Rédigé le February 24, 2021 , mis à jour le February 25, 2021

Plus contagieux mais aussi plus dangereux ? Le variant californien du coronavirus, présent sous deux formes appelées B.1.427 et B.1.429, préoccupe les scientifiques.

S’il a été découvert dès le mois de décembre 2020 en Californie, ce variant est encore mal connu. Deux nouvelles études américaines – qui n’ont pas encore été publiées dans des revues scientifiques – permettent néanmoins d’y voir plus clair.

De 16 à 53% en deux mois

La première d’entre elles a été conduite à l’université de Californie à San Francisco.  Elle s’est intéressée à la propagation du variant californien et rapporte qu’en deux mois seulement, cette souche a envahi un quartier entier de la ville de San Francisco.

En effet, en novembre 2020, le variant californien représentait 16% des tests positifs dans le quartier de Mission District. Ce chiffre atteignait 53% entre le 10 et le 27 janvier 2021, selon les spécialistes. Leurs analyses montrent que ce variant est plus contagieux que l’ancienne souche, notamment au sein d’un même foyer.

40% plus infectieux

Des résultats confirmés par la deuxième étude, menée dans la même université, qui a analysé 2.172 échantillons de virus prélevés dans toute la Californie entre septembre 2020 et janvier 2021.

Aucun signe de ce variant n’était présent dans les échantillons de septembre, mais fin janvier, il était devenu majoritaire dans l’État, prenant le pas sur l’ancienne souche. Les chercheurs estiment que les cas causés par ce variant doublent désormais tous les 18 jours.

Et des expériences menées in vitro montrent aussi que le B.1.427/B.1.429 est 40% plus infectieux que les autres variants.

Deux fois plus de particules virales

L’étude va encore plus loin : l’analyse des prélèvements effectués sur les patients montre que la charge virale, c’est-à-dire le nombre de copies du virus dans un volume de fluide donné, comme les sécrétions nasales ou la salive par exemple, est plus élevée avec ce variant.

Concrètement, les personnes infectées par le nouveau variant californien produisent deux fois de particules virales que celles infectées par les autres variants.

Un variant plus létal ?

Mais ce n’est pas tout : ces chercheurs ont examiné les dossiers médicaux de 308 cas de covid à San Francisco et se sont rendus compte que le nombre de décès était 11 fois plus élevé avec le nouveau variant qu’avec l’ancienne souche.

Des résultats à confirmer sur un plus grand nombre de patients, mais qui pourraient suggérer que la souche californienne est plus létale que l’ancienne.

Des réinfections possibles

Enfin, les chercheurs se sont intéressés à la réponse immunitaire de l’organisme face à ce variant. Et les résultats obtenus in vitro sont préoccupants : les anticorps des personnes qui ont déjà eu le covid avec l’ancien variant ne semblent pas reconnaître le nouveau variant et ne bloquent donc pas l’infection.

Si cette observation se confirme in vivo, cela pourrait dire que le variant californien échappe à la surveillance du système immunitaire et qu’il pourrait occasionner des réinfections, comme le variant sud-africain.

Qu’en est-il de l’efficacité des vaccins contre ce variant ? Aucune donnée n’est disponible pour le moment sur cette question.

En France depuis janvier ?

En attendant de mieux connaître le variant californien, les scientifiques savent déjà qu’il s’est répandu dans 45 Etats américains mais aussi en Australie, au Danemark, au Mexique, à Taïwan… et en France, où six patients hospitalisés en Alsace en février étaient porteurs de ce variant, selon le quotidien Dernières nouvelles d’Alsace. Ce qui laisserait à penser que le variant californien serait présent dans ce département au moins depuis le mois de janvier.

New-York aussi a son variant

Un autre variant né sur le sol américain inquiète les scientifiques : le variant new-yorkais, appelé B.1.526 et repéré pour la première fois en novembre 2020, selon le New York Times.

Les premières analyses montrent qu’à la mi-février 2021, ce variant représentait environ 27% des cas new-yorkais. Et d’après les mutations qu’il a acquises, il pourrait lui aussi être plus contagieux, mais également moins sensibles aux vaccins et occasionner des cas de réinfection.