Covid-19 : quels sont les tests fiables, et à qui sont-ils destinés ?

Les tests de dépistage de la maladie du coronavirus sont nombreux, mais ne se valent pas tous. La Haute Autorité de Santé (HAS) a identifié les tests les plus fiables et a émis un liste des personnes qui peuvent y avoir recours.

Crédits Photo : © Shutterstock / angellodeco

Par la rédaction d'Allodocteurs.fr

Rédigé le May 22, 2020 , mis à jour le May 22, 2020

TDR, TROD, auto-tests, ELISA… Quels tests de dépistage sont fiables, et à qui sont-ils destinés ? Alors que le ministre de la Santé a annoncé que les tests sérologiques seront remboursés dès le 25 mai pour les soignants et les personnes symptomatiques, la Haute Autorité de Santé (HAS) s’est prononcée dans un avis publié le 20 mai sur la qualité de ces tests sérologiques et sur leurs indications.
Puis, le 21 mai, le ministère a publié sa liste des tests de dépistage qui ont été jugés fiables par le Centre national de référence (CNR). En plus des tests PCR virologiques, cette liste de tests fiables compte 16 tests sérologiques dits "rapides" et sept tests sérologiques ELISA.

A lire aussi : Coronavirus : la tentation des tests rapides

Tests sérologiques ou virologiques ?

Tous les tests sérologiques reposent sur le même principe : détecter la présence d’anticorps dans le sang. Ces anticorps sont des molécules de défense de l’organisme et leur présence dans le sang indique que le patient a été en contact avec le virus.
Il ne faut pas les confondre avec les tests dits virologiques ou PCR, qui cherchent à détecter la présence du virus dans les sécrétions nasales par exemple. Toute personne qui présente des symptômes évoquant un Covid-19 ou qui a été en contact avec un malade a aujourd’hui la possibilité de réaliser un test PCR.

Les tests ELISA, des tests sérologiques fiables

Plusieurs types de tests sérologiques existent. Les premiers sont les tests ELISA. Ils sont réalisés à partir d’une prise de sang et nécessitent "un plateau technique adapté pour analyser les échantillons" en laboratoire. La HAS confirme la fiabilité de ces tests pour dépister le SARS-CoV-2 et les recommande, toujours sur prescription, dans plusieurs cas :

  • pour les personnes qui ont eu des symptômes mais qui n’ont pas réalisé de test virologique ;
  • pour les personnes qui ont un test virologique négatif mais qui présentent des symptômes évocateurs d’un Covid-19 ;
  • pour les personnels des lieux d’hébergement collectifs, comme les Ehpad, prisons, résidences universitaires, etc., qui ont été en contact avec des personnes atteintes.

Les tests TDR pour un diagnostic rapide

Deuxième type de test sérologique, dont la fiabilité est reconnue par la HAS : les tests diagnostiques rapides, ou TDR. Leur avantage, par rapport aux tests ELISA ? Ils sont plus simples à réaliser, nécessitent un matériel moins complexe et les résultats sont obtenus plus rapidement.

Quant à leur indication, la HAS "préconise d’y recourir auprès des mêmes populations que les tests automatisables" ELISA. Ici encore, à condition de disposer d’une ordonnance.

Les TROD, uniquement des tests "d’orientation"

Qu’en est-il des tests rapides d’orientation diagnostique, ou TROD ? Moins contraignants que les TDR ou les ELISA car réalisables en dehors des laboratoires par tout professionnel de santé en cabinet médical, en officine ou même à domicile, les TROD ne sont que des tests d’orientation et ne permettent donc pas de poser formellement un diagnostic. C’est pourquoi, selon la HAS,"ils ne peuvent se substituer aux examens de biologie médicale réalisés en laboratoire".

Alors, pour qui sont-ils indiqués ? Uniquement "pour les personnels soignants et d’hébergement collectif et pour les patients symptomatiques sans signes de gravité s’ils présentent des difficultés d’accès à un laboratoire de biologie médicale" conclue la HAS. Et, en cas de TROD positif, le résultat devra être confirmé par un test ELISA ou TDR qui sont les seuls "tests de référence".

Les autotests : incertitude et risque d’erreur

Enfin, la HAS a émis des réserves concernant les autotests, réalisés à domicile et interprétés par le patient seul. Et pour cause : leur fiabilité est encore incertaine et ils peuvent être difficiles à utiliser, à lire et à interpréter pour un patient sans accompagnement. "Compte tenu de ces éléments, la HAS considère qu’il est prématuré de recommander l’utilisation des autotests sérologiques pour le diagnostic du COVID-19 à ce jour" conclut l’autorité de santé.

La question de l’immunité toujours sans réponse

Mais même si les tests ELISA et TDR sont des tests sérologiques de référence fiables, ils ne répondent pas à la question de l’immunité. "La présence d’anticorps garantit-elle une protection, une immunité, contre le virus (et si c’est le cas, sous quelles conditions et pour combien de temps) ? Le recul ne permet pas à ce jour de l’affirmer avec certitude" rappelle en effet la HAS.

C’est pourquoi, ces tests n’ont pour le moment "pas de place dans l'identification des personnes protégées contre le virus". Leur utilité se limite donc à la surveillance épidémiologique de la maladie et à la stratégie diagnostique, en complément du test virologique par PCR.