Syndrome de l'intestin irritable : un trouble encore mal connu

C'est une maladie qui a changé de nom plusieurs fois : "colopathie fonctionnelle", "syndrome du côlon irritable", aujourd'hui on parle de syndrome de l'intestin irritable. Différentes appellations pour une pathologie que l'on a encore du mal à comprendre et qui pourtant concernerait 10 à 20% de la population. On estime qu'un tiers des consultations chez les gastro-entérologues sont dues au syndrome de l'intestin irritable. Comment faire le diagnostic ? Existe-t-il des traitements efficaces ?

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr

Rédigé le February 5, 2013 , mis à jour le March 23, 2016

Sommaire

Qu'est-ce que le syndrome du côlon irritable ?

Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent le syndrome du côlon irritable.

Dans le syndrome de l'intestin irritable, l'intestin devient en quelque sorte hypersensible et présente une activité irrégulière au niveau de sa paroi.

Quand les fibres musculaires se contractent, elles permettent la progression des aliments. Dans ce syndrome, il arrive qu'à certains moments, ces fibres musculaires se contractent et se relâchent trop rapidement. L'intestin n'a alors plus assez de temps pour réabsorber l'eau contenue dans les aliments, c'est la diarrhée. À d'autres moments, les contractions sont au contraire plus lentes ou plus faibles que la normale, ce qui entraîne cette fois une constipation.

Cette irrégularité dans l'activité intestinale provoque aussi une accumulation de gaz et des ballonnements. L'intestin est plus distendu, notamment au niveau du rectum. Il peut aussi y avoir des crampes ainsi que des douleurs abdominales.

On ne connaît pas les causes du syndrome de l'intestin irritable. Parmi les hypothèses, on soupçonne une irritabilité du système nerveux qui contrôle les contractions des intestins et aussi un problème de flore intestinale.

critères diagnostiques : 

 Début des symptômes au moins 6 mois avant le diagnostic 

 Douleur abdominale ou inconfort digestif (sensation abdominale désagréable non douloureuse) survenant au moins 3 jours par mois durant les 3 derniers mois 

 Associés avec au moins deux des critères suivants : 

  • Amélioration par la défécation 
  • Survenue associée à une modification de la fréquence des selles 
  • Survenue associée à une modification de la consistance des selles

Source : world gastroenterology guidelines

Mieux comprendre le syndrome du côlon irritable

Plusieurs équipes de chercheurs s'intéressent au syndrome de l'intestin irritable.

Le diagnostic du syndrome du côlon irritable se fait par élimination. Quand on n'arrive pas à trouver d'autres maladies organiques graves comme le cancer du côlon, cancer digestif ou des maladies inflammatoires, grâce à la coloscopie, on parle alors du syndrome de l'intestin irritable.

Le diagnostic est très important car jusqu'à présent on traitait ces maladies comme des problèmes fonctionnels. Et les malades étaient considérés comme psychologiquement "fragiles". Mais on sait aujourd'hui que le syndrome du côlon irritable est une maladie à part entière, il ne s'agit pas d'une vue de l'esprit.

Plusieurs équipes de chercheurs s'intéressent au syndrome de l'intestin irritable. On espère mieux comprendre les mécanismes dans les années à venir. Pour le moment, on ne sait pas beaucoup de choses sur le syndrome de l'intestin irritable. Un premier objectif est de mieux comprendre les populations de bactéries qui nous permettent de digérer. Les traitements de "probiotiques" améliorent la flore intestinale. Un deuxième objectif est de comprendre la perméabilité intestinale, c'est-à-dire la qualité de la membrane de l'intestin, la barrière épithéliale, très sélective entre les aliments et notre corps.

L'équipe Inserm du CHU de Nantes, elle, travaille actuellement sur le système nerveux qui contrôle les intestins.

Syndrome du côlon irritable : les traitements

Le syndrome du côlon irritable n'est pas dangereux pour la santé. Il est donc important de sortir de la culpabilisation, d'écarter l'idée d'une maladie psychologique ou de mauvaise alimentation. Il faut trouver des traitements et aider les patients atteints du syndrome du côlon irritable.

On peut imaginer une prédisposition familiale à ce trouble. Les malades sont souvent des gens qui ont eu des épisodes infectieux, des gastro-entérites qui auraient dégradé la flore intestinale. Le syndrome du côlon irritable est un trouble difficile à mesurer car il y a une modification de la sensibilité viscérale, le seuil des douleurs que nous ressentons. Les malades sont souvent hypersensibles des intestins.

Pour aider les patients atteints du syndrome de l'intestin irritable, il convient donc d'intervenir au niveau de la motricité du tube digestif, de calmer les spasmes et la sensibilité viscérale. Le traitement des douleurs repose sur les antispasmodiques (ou en cas d'inefficacité, certains antidépresseurs) ; celui de la constipation sur des laxatifs (doux, pour un usage à long terme). On attend toujours en France le linaclotide, premier traitement du syndrome.

Pour cela, on utilise aujourd'hui des "probiotiques" qui modifient la flore, avec un certain succès (macrobiotes). On dispose aussi d'autres stratégies comme l'hypnose, la phytothérapie, le thermalisme, l'acupuncture qui ont des effets positifs pour certaines personnes.

En savoir plus : vos questions, nos réponses sur le côlon irritable

Sur Allodocteurs.fr

Dossiers :

Questions/réponses :

Ailleurs sur le web :

Sponsorisé par Ligatus