"Je n'arrête pas de roter", que faire ?

Il existe sûrement des questions que vous n'avez jamais osé poser, par pudeur, crainte, voire même honte... Notre journaliste, Mélanie Morin, a posé ces questions à votre place. Aujourd'hui, il est question des éructations, plus communément appelées rots ou renvois.

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr

Rédigé le January 2, 2017 , mis à jour le January 3, 2017

Lorsque l'on fait une recherche sur Internet avec les termes "Je n'arrête pas de…", le premier résultat est "bailler". Le résultat "de roter" arrive en deuxième position. Le rot ou éructation génère près de 12.200 résultats. Selon les discussions trouvées dans les forums, ce problème préoccupe aussi bien les hommes que les femmes, notamment les femmes enceintes, et des personnes de tous âges.

Le rot, un mécanisme naturel et physiologique

Le rot est naturel et physiologique. L'éructation est dû au fait d'avaler de l'air en mangeant ou en buvant. On parle d'aérophagie. Cet air passe dans l'oesophage puis dans l'estomac. L'organisme cherche à chasser cet air qui n'a rien à faire à cet endroit. Il rebrousse donc chemin pour être évacué par la bouche. Le bruit émis, plus ou moins fort, est provoqué par les vibrations de ce qu'on appelle le cardia, la jonction entre l'estomac et l'oesophage. Notre corps a vraiment besoin de chasser l'excédent d'air et l'éructation donne une vraie sensation de soulagement.

Par ailleurs, l'excès alimentaire peut distendre l'estomac. Le fait de roter chasse ce ballonnement en permettant à l'estomac de retrouver sa taille normale. Cela fonctionne aussi avec les flatulences mais dans l'autre sens. Donc rien de plus normal que de roter quand on a le ventre plein, la nature est bien faite.

Comment limiter la survenue des rots ?

Il faut tenir compte de la fréquence des rots et de la sensation désagréable qui les accompagne. Selon une diététicienne contactée par nos soins, pour limiter les rots, il faut d'abord limiter la quantité d'air ingérée pendant les repas. Pour cela, il faut manger moins vite et éventuellement éviter de trop parler lorsqu'on avale des aliments pour limiter l'entrée de l'air.

Il existe une fourchette qui vibre pour vous avertir que vous mangez trop vite. Et si vous n'avez pas envie d'investir dans cet objet, vous pouvez aussi simplement surveiller l'heure et déterminer que votre repas durera vingt minutes. Vous pourrez ainsi ressentir la sensation de satiété et donc éviter de vour re-servir et d'entrer dans le cercle vicieux du ventre trop rempli qui provoque des rots.

Les spécialistes donnent deux autres conseils très concrets : bien mastiquer les aliments pour faciliter leur digestion et éviter de faire la sieste directement après le repas car le position allongée accentue la sensation de "trop plein". Si ces mesures hygiéno-diététiques très simples ne suffisent pas, n'hésitez pas à consulter votre médecin pour rechercher la ou les causes des éructations.

Et si c'était le RGO ?

Certaines pathologies sont associées aux rots, la plus connue étant le reflux gastro-oesophagien (RGO). Il s'agit d'une sensation très caractéristique de remontée acide au niveau de l'oesophage provoquée par une mauvaise fermeture du petit clapet entre l'oesophage et l'estomac, le cardia, qui laisse remonter des aliments imbibés d'acidité.

Les gastro-entérologues distinguent ces renvois dits "liquides", des renvois "secs" classiques. La description précise du ressenti du patient est donc primordiale. Elle permet au médecin d'orienter son diagnostic. Si l'hypothèse du RGO est évoquée, il peut procéder à un examen appelé pH-impédancemétrie. Cela consiste à faire descendre une sonde dans l'arrière-gorge jusqu'à l'estomac. Elle comporte des électrodes qui mesurent l'acidité au niveau de l'estomac et enregistrent tout déplacement de liquide dans l'œsophage. Cette sonde est branchée à un boîtier qui enregistre toutes les informations pendant 24 heures. Une fois diagnostiqué, le reflux gastro-oesophagien se traite bien. En tout cas, il est conseillé de noter dans un carnet le contenu des repas sur une semaine, leur durée et la fréquence des rots et de communiquer ces informations à son médecin.


N'hésitez pas à envoyer vos questions gênantes par mail : melanie@allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus