Covid : une mère testée positive doit-elle être séparée de son bébé ?

Les femmes positives au covid avant ou après l’accouchement ne doivent pas être séparées de leur bébé, assure une étude suédoise. Car les risques de contamination sont faibles et une séparation a de lourdes conséquences.

Crédits Photo : © Shutterstock / Rohane Hamilton

Par la rédaction d'Allodocteurs.fr

Rédigé le April 30, 2021 , mis à jour le April 30, 2021

Faut-il isoler un nouveau-né à l’accouchement si la mère est positive au covid ? Des chercheurs de l’Institut Karolinska de Stockholm et de l’agence de santé publique de Suède se sont penchés sur la question.

Selon eux, les risques de contaminations sont extrêmement faibles et les bénéfices à laisser le nouveau-né avec sa mère à la naissance sont élevés. Ils publient leur étude dans le JAMA le 29 avril 2021.

A lire aussi : Grossesse et covid : quels sont les risques ?

0,9% de bébés contaminés

Ces travaux s’appuient sur les données de 88.159 naissances survenues en Suède entre le 11 mars 2020 et le 31 janvier 2021. Au total, 2.323 bébés sont nés de mères testées positives au covid pendant la grossesse. Un tiers d'entre elles ont été testées positives juste avant ou juste après l’accouchement.

Résultat : seulement 21 bébés sur les 2.323 nés de mères positives (soit 0,9%) ont eux-mêmes été testés positifs au cours de leurs 28 premiers jours. Un chiffre qualifié de "très faible" par les auteurs de l’étude. Et dans la majorité des cas, les bébés positifs n’avaient pas de symptômes.

Davantage de naissances prématurées

Les chercheurs ont aussi observé que les mères positives étaient plus à risque d’accoucher prématurément que les mères négatives, et que l’état de santé de leur nourrisson était globalement moins bon.

Les scientifiques n’ont en revanche pas observé de corrélation directe entre l’infection de la mère et une infection respiratoire ou une pneumonie chez les nouveau-nés.

Ne pas séparer le nouveau-né de sa mère

Cette étude confirme donc les recommandations appliquées en Suède, où les travaux ont été menés, mais aussi en France : celles-ci consistent à ne pas séparer le bébé de la mère après l’accouchement, même si celle-ci est positive au covid. Dans de nombreux pays, une telle mesure de précaution est prise malgré l’absence de preuves à l’appui, déplorent les scientifiques.

"Séparer un nouveau-né de sa mère est une intervention sérieuse dont les conséquences négatives pour la santé de la mère et du bébé doivent être mises en balance avec les avantages possibles", explique Mikael Norman, professeur de pédiatrie à l’Institut Karolinska et co-auteur de l’étude, dans un communiqué de l'institut. Un choix d’autant plus risqué en cas de naissances prématurées, plus fréquentes en cas de covid

Pas de danger à allaiter

"Notre étude suggère que la mère et le bébé peuvent être soignés ensemble et que l'allaitement peut être recommandé sans danger pour la santé du bébé. C'est une bonne nouvelle pour toutes les femmes enceintes, leurs bébés et le personnel soignant postnatal et néonatal" poursuit le professeur Norman.

A ce jour, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) va dans le même sens. Selon elle, si une jeune mère est porteuse du coronavirus, elle peut continuer à s’occuper de son enfant. Elle devra se laver soigneusement les mains "avant de toucher le bébé" et "porter un masque lors des contacts", par exemple pendant l’allaitement. Celui-ci reste recommandé, même en cas de symptômes.