Covid léger qui s'aggrave : quels symptômes doivent alerter ?

Un covid, même léger, peut s’aggraver dans les 6 à 12 jours après l’apparition des symptômes. La HAS rappelle le suivi médical à adopter et les signes qui témoignent d’une détérioration.

Crédits Photo : © Shutterstock / illpaxphotomatic

Par la rédaction d'Allodocteurs.fr

Rédigé le April 16, 2021 , mis à jour le April 16, 2021

La Haute Autorité de Santé (HAS) publie le 13 avril ses recommandations pour "prévenir une détérioration de l’état de santé" des patients covid et "éviter des hospitalisations en urgence".

Une consultation pour évaluer les risques

Premier point à retenir : une prise en charge médicale doit toujours avoir lieu, dès que le diagnostic par test PCR tombe. "Tout patient positif" doit ainsi être dirigé vers un médecin généraliste pour effectuer "une consultation en présentiel ou, à défaut, une téléconsultation". L’objectif de cette consultation est, selon la HAS, de :

  • faire le bilan sur l’état de santé du patient, notamment en vérifiant la saturation en oxygène du sang,
  • repérer d’éventuels facteurs de risque de faire une forme sévère de la maladie,
  • initier la prise en charge et mettre en place une surveillance adaptée à son profil.

Vérifier régulièrement la saturation en oxygène

Deux cas sont alors possibles. Première situation : le patient présente des facteurs de risque de forme grave du covid. Un suivi régulier doit alors être mis en place.

"Un oxymètre de pouls pourra être prescrit aux patients de plus de 65 ans, ou ayant d’autres facteurs de risque de forme grave de la covid-19 ou ayant des signes respiratoires" prévient la HAS. Cet appareil permet de mesure la saturation en oxygène du sang, idéalement trois fois par 24h, après au moins cinq minutes de repos et en position verticale.

Une "saturation en oxygène inférieure à 95%", mais aussi "un essoufflement, des sueurs ou encore un malaise", sont autant de "critères devant déclencher un appel au SAMU – Centre 15 par le patient, son entourage ou le professionnel de santé" avertit la HAS.

Trois signes d’alerte chez tous les patients

Deuxième possibilité : le patient a moins de 65 ans et ne présente pas de comorbidités. Il doit tout de même être prévenu que son état de santé peut s’aggraver. Cette détérioration survient généralement dans les 6 à 12 jours suivant l’apparition de la maladie, même si les symptômes sont peu nombreux au cours des cinq premiers jours. C’est donc dans cet intervalle de temps qu’il faut être particulièrement vigilant.

Quels symptômes doivent alerter ? Une douleur thoracique, des lèvres bleues ou encore une perte de connaissance sont les trois principaux signes d’alerte, liste la HAS. Dans ce cas, le patient doit impérativement contacter le SAMU, en composant le 15.