Du sport, l'arrêt du tabac : les solutions pour diminuer les risques de démence

Il est possible de profiter de notre espérance de vie croissante sans sombrer dans une pathologie comme la maladie d'Alzheimer. Les clés d’un bon vieillissement neurologique viennent d’être publiées par l’OMS.  

Par La rédaction Allodocteurs.fr

Rédigé le May 15, 2019 , mis à jour le May 16, 2019

Bouger, arrêter de fumer, et bien manger… Très souvent évoqué pour la préservation du coeur, ce célèbre podium de l’hygiène de vie serait tout aussi bénéfique pour notre cerveau ! L’OMS le place en tête de ses recommandations pour prévenir l’apparition de la démence avec le vieillissement. Sans quoi, 150 millions de personnes en souffriront dans le monde en 2050.  

"Faire du sport va avoir un impact important sur les démences"

 Il est donc urgent de développer la prévention de toute une série de causes de cette perte d’autonomie intellectuelle et physique. "Faire du sport, lutter contre l’hypertension artérielle, les maladies cardiovasculaires, c’est très important," confirme le Pr Pr Bruno Dubois, neurologue, directeur de l'Institut de la mémoire à Hôpital de la Pitié-Salpêtrière. "Tout ça va avoir un impact important sur les démences (…) dues à des maladies vasculaires par exemple si vous avez des petits accidents vasculaires dans le cerveau."

En plus de ces atteintes liées à des défauts d'irrigation et d'oxygénation du cerveau, la deuxième grande cause de démence sont les maladies neurodégénératives. Comme la maladie d’Alzheimer qui représente à elle seule 70 % des démences. Dans ce cas, l’important est de faire travailler son cerveau très tôt et surtout tout au long de la vie. Cela passe à la fois par des stimulations intellectuelles et sociales qui peuvent freiner les dégradations.   

Sponsorisé par Ligatus