AVC : des chances de survie inégales

Une étude récente portant sur environ 3.000 AVC pris en charge pendant 10 ans dans le Nord de la France, s’est intéressée aux caractéristiques de ces AVC : type d’AVC, âge, sexe…

Par Anthony Chauvin, médecin urgentiste

Rédigé le June 29, 2020 , mis à jour le June 29, 2020

Un accident vasculaire cérébral communément appelé "attaque cérébrale", est une perte soudaine d'une ou plusieurs fonctions du cerveau. Il est provoqué par un arrêt brutal de la circulation sanguine dans une partie du cerveau. I

ll existe des AVC ischémiques, lié à un caillot de sang qui se forme dans une artère du cerveau et des AVC hémorragiques liés à une rupture d’un vaisseau sanguin dans le cerveau qui va créer un hématome dans le cerveau.

Que met en évidence cette étude ?

L’objectif de cette étude publiée dans le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) le 23 juin 2020, était de mesurer et de comparer la mortalité à 28 jours, associée aux AVC en fonction de l’étiologie et du sexe, dans un échantillon de population générale.

Pour cela, ils ont utilisé les données exhaustives du registre de morbi-mortalité des AVC de la ville de Lille, entre 2008 et 2017. Les AVC hémorragiques et les AVC ischémiques représentaient 16% et 84% des événements respectivement. Cette étude met en évidence 2 points importants :

  • Une surmortalité après un AVC hémorragique comparativement à un AVC ischémique. Le taux de létalité à 28 jours était de 48% pour les hémorragiques et de 15% pour les ischémiques.



 

  • Les taux de létalité n’étaient pas différents en fonction du sexe après un AVC hémorragique, mais étaient supérieurs chez les femmes par rapport aux hommes (18% vs 12% respectivement) après un AVC ischémique. Cette différence disparait après ajustement sur l’âge et ne perdure que chez les plus de 75 ans. Ces données concordent avec des données récentes de l’AVC ischémique dans lesquelles la mortalité plus élevée observée chez les femmes par rapport aux hommes, était principalement liée à leur âge avancé.

Quels sont les premiers symptômes qui doivent nous alerter ?

L’AVC est une urgence, chaque minute compte. Il existe un moyen mnémotechnique simple : VITE ! 

  • V comme Visage paralysé.
  • I comme Impossible de bouger un membre.
  • T comme Trouble de la parole.
  • E comme Éviter le pire en composant le 15.

Dans chaque région il existe une unité de soins intensifs neuro-vasculaires, d'où l'intérêt d’appeler le 15 pour bénéficier d’un aiguillage vers ces Unités de Soins Intensifs Neuro-Vasculaires (USINV).