Cancer du col de l'utérus : faut-il généraliser le test HPV ?

Plus sensible que le frottis, le test viral HPV permet de détecter 30% de plus de lésions précancéreuses.

Par la rédaction d'Allodocteurs.fr

Rédigé le November 29, 2017 , mis à jour le November 30, 2017

Depuis qu'elle a 30 ans, Sylvie se rend régulièrement chez son gynécologue pour réaliser un frottis. L'examen permet de détecter la présence de papillomavirus, responsables du cancer du col de l'utérus. Les résultats de Sylvie ont toujours été négatifs. "J'avais souvent des douleurs. Mon gynéco me disait que c'était normal, que de toute façon mon frottis était normal". Pourtant, il y a deux ans, les médecins lui diagnostiquent un cancer du col de l'utérus à un stade avancé.    

Chaque année en France, 3.000 nouveaux cas de cancer de col de l'utérus sont recensés. Pour près de 1.000 femmes, comme Sylvie, le frottis n'avait rien révélé. Le Dr Carine Davitian, gynécologue à l'hôpital Beaujon (AP-HP), explique : "C'est un test de dépistage avec des faux négatifs et des faux positifs. On sait, qu'en moyenne, il y a 10% des patientes qui développent un cancer du col qui avaient un frottis normal de moins de 3 ans".

Le test HPV permettrait d'éviter 300 décès et 1.000 cancers du col de l'utérus par an

Pourtant, il existe un autre test plus sensible qui permet de détecter 30% de lésions précancéreuses en plus. Ce test HPV peut être réalisé en même temps que le frottis. À l'aide d'une petite brosse, des cellules sont prélevées au niveau du col de l'utérus. C'est dans l’analyse du prélèvement en laboratoire que le frottis et le test HPV se différencient. Selon le Dr Hélène Pere, virologue à l'hôpital européen Georges-Pompidou (AP-HP), "les anatomocytopathologistes regardent l'aspect des cellules, s'il y a des cellules anormales dans le frottis cervico-utérin qui a été fait. Nous, on regarde s’il y a la présence du virus HPV qui est l'agent du cancer. On va aller regarder la présence du virus".

En extrayant et en amplifiant l'ADN du virus, les virologues peuvent détecter les lésions précancéreuses plus précocement qu'un frottis. Actuellement, le test HPV n'est prescrit qu'aux femmes ayant un frottis anormal. De nombreux spécialistes préconisent sa généralisation à toutes les patientes. Une campagne de dépistage du cancer du col de l'utérus sera lancée en 2018. Mais pour l'instant, le test HPV en première intention n'en fait pas partie.

Sponsorisé par Ligatus