Greffe d'utérus : première naissance en France

Pour la première fois en France, un enfant est né après une greffe d’utérus dont avait bénéficié sa mère. La petite fille est née vendredi 12 février, en bonne santé, à l’hôpital Foch en région parisienne. 

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr

Rédigé le February 17, 2021 , mis à jour le March 31, 2021

"C’est une joie immense, c’est le summum de la satisfaction, c’est l’aboutissement d’un projet pour la patiente et pour la famille et pour l’équipe !", s'exclame le Pr Jean-Marc Ayoubi, gynécologue-obstétricien à l'hôpital Foch en région parisienne.

Avec son équipe, il a réalisé la première greffe d’utérus en France le 31 mars 2019. L’organe a été donné par la mère de la patiente qui était née sans utérus. Et dès le mois de juillet, la grossesse commençait dans ce greffon âgé de plus de 50 ans. 

Deux grossesses possibles grâce à la greffe

L’accouchement a dû être déclenché au bout de 8 mois de grossesse à cause d’un début d’hypertension chez la mère. Les récentes cicatrices de la greffe ont imposé la réalisation d’une césarienne. Née vendredi 12 février, la petite fille de 1,845 kg respire très bien toute seule. Et, l’utérus aussi se porte bien, prêt à une deuxième grossesse. "Il est prévu d’autoriser deux grossesses et l’utérus doit être retiré après la deuxième grossesse en principe, détaille le Pr Ayoubi. Il y a d’autres patientes à travers le monde qui ont eu deux grossesses et qui ont accouché normalement."

Déborah se confie sur sa nouvelle vie de mère, avec sa fille Misha

« Je suis très heureuse, et encore sur un petit nuage d’avoir cette fille à mes côtés », raconte Déborah, une jeune mère qui ne cesse de s’émerveiller devant son nourrisson. Pour cause, la naissance de la petite Misha, le 12 février dernier, est une histoire médicale extraordinaire. 

Déborah est atteinte du syndrome de Rokitansky. Ce syndrome, rare, se définit par l’absence d’utérus et d’une partie ou de la totalité du vagin. Mais les ovaires et les trompes sont présentes. Déborah est née avec des ovaires mais sans utérus.

Si elle a pu donner la vie, c'est grâce à une greffe d'utérus. C'est sa propre mère qui lui a donné le sien : « Ma mère m’a dit, le jour où tu en as envie, je te donnerai mon utérus. » 

Pour en savoir plus sur cette prouesse médicale, retrouvez l’intervention du Dr Marc Ayoubi, chef du service où est née la petite Misha, sur notre chaine Youtube : Première chirurgicale : un bébé nait après une greffe d'utérus.