Planning familial : une association engagée au service des femmes

Le Planning familial fête ses 60 ans. Ce mouvement a été créé le 8 mars 1956 sous le nom de "Maternité heureuse". C'est un lieu d'écoute où l'on peut parler sans tabou de sexualité, de contraception et d'avortement. Chaque année, 500.000 personnes, essentiellement des femmes, se rendent dans un des 76 sites du Planning familial. 

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr

Rédigé le December 10, 2015 , mis à jour le March 9, 2016

Dans une petite salle du Planning familial, elles sont une dizaine de femmes à être là pour une IVG médicamenteuse. Ici, personne ne les juge. Les animatrices et les médecins de l'association prennent le temps de répondre à leurs inquiétudes. Un dialogue s'instaure : "on vous conseille d'être accompagnée ce jour-là. Avez-vous déjà prévu d'avoir quelqu'un ce jour là ? Oui, ma belle-sœur, la femme de mon frère. Votre conjoint est-il au courant ? Non".

Écouter, renseigner, mais aussi rassurer avant une interruption de grossesse : c'est l’objectif de cette table ronde. Un passage obligé pour toutes le femmes qui demandent une IVG. Pour Marie, 22 ans, ce soutien est utile. "On serait perdu si on n'avait pas ce genre d'endroit. Ça serait beaucoup plus compliqué de pouvoir se confier à un médecin qui nous explique vraiment tous les détails, combien de temps ça va durer… Ça nous rassure de voir qu'il y a d'autres personnes qui sont dans le même cas que nous, de ne pas se sentir seule".

Défendre le choix des femmes

L'association milite pour qu'hommes et femmes puissent vivre une sexualité choisie. Caroline Rebhi Farin, membre du Planning, explique : "le planning n'est pas là pour promouvoir l'avortement ou la grossesse, mais pour défendre le choix des femmes. Si une femme veut poursuivre sa grossesse, on va l'accompagner pour que tout se passe dans de bonnes conditions, sans violence conjugale. Si une femme veut avoir accès à l'avortement, parce que ce n'est pas le moment pour elle et que c'est son choix, on va l'accompagner aussi dans ses démarches. On va faire valoir ce choix qui est une loi."

Anne souhaite avoir accès à une IVG médicamenteuse. Le planning est la solution la plus rapide qu'elle ait trouvé. Après le groupe de parole, elle a rendez-vous avec un médecin. Ici, tous les sujets intimes peuvent être abordés. Le Dr Lise Moussu est médecin généraliste au Planning familial. Pour elle, "c'est un endroit où on peut venir chercher de l'information médicale sur la contraception et l'IVG. On peut aussi parler de tout ce qui est sexualité : les infections, la violence, les mariages forcés, l'excision… C'est un lieu où on peut avoir une écoute sur tous ces sujets-là".

Une association féministe

Féministe et engagée dès sa création, l’association délivre toujours le même message : le droit des femmes à disposer de leur corps. Un message militant qu'assume Caroline Rebhi Farin :  "on est beaucoup sur le terrain. On se sert de cette expérience et de toutes les rencontres qu’on fait au quotidien pour en faire un discours politique. Il y a des freins d'accès à l'IVG : on ne trouve pas de professionnels qui veulent pratiquer des IVG ou qui veulent nous distribuer certaines contraceptions. Du coup, le planning est là pour revendiquer au niveau politique tous ces freins d'accès pour nos droits"

Actuellement, l'accès à la contraception est en baisse chez les moins de 24 ans, notamment pour des raisons financières. La mission du Planning familial est donc plus que jamais d'actualité car, ici, l'accès à un contraceptif est gratuit.

Sponsorisé par Ligatus