Alcool, tabac et cannabis en baisse chez les jeunes adolescents

Les ados français boivent et fument moins de tabac et de cannabis qu’il y a quatre ans, affirme l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies. Une consommation en baisse mais toujours supérieure à la moyenne européenne.

Crédits Photo : © Shutterstock / SpeedKingz

Par la rédaction d'Allodocteurs.fr, avec AFP

Rédigé le May 19, 2020 , mis à jour le May 19, 2020

Moins de tabac, moins d’alcool et moins de cannabis. Les jeunes Français âgés de 11 à 15 ans revoient leur consommation à la baisse, mais celle-ci reste supérieure à la moyenne européenne, selon une note de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) diffusée ce 19 mai.

Cette analyse s'appuie sur les résultats d'une enquête de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) menée tous les quatre ans auprès de 227.000 élèves de 44 pays ou régions d'Europe et au Canada.

A lire aussi : Confinement : moins d’alcool, mais plus de tabac

Moins d’alcool et moins d’ivresse

En France, en 2018, 70% des adolescents français de 15 ans déclarent avoir déjà bu de l'alcool, contre 79,2% en 2014, souligne l'OFDT. Un tiers des collégiens disent y avoir goûté avant l'entrée en classe de sixième (contre 49,8% en 2014), soit le niveau d'expérimentation le plus élevé d'Europe à cet âge, tous sexes confondus.
Si les garçons sont des consommateurs plus précoces que les filles jusqu'à 13 ans, l'écart s'estompe ensuite dans la quasi-totalité de l'Europe, à l'exception de l'Arménie, la Moldavie et l'Albanie.

L'expérimentation de l'ivresse - au moins deux au cours de la vie -, davantage présente en général chez les garçons que les filles, chute également de 17,1 à 12,9% chez les jeunes Français de 15 ans, les plaçant dans le dernier quart du classement.

La cigarette séduit de moins en moins les ados

Côté tabac, la cigarette fait également beaucoup moins d'adeptes avec seulement un tiers des adolescents français à l'avoir déjà essayée à la fin du collège en 2018, contre plus de la moitié en 2014. Le niveau d'expérimentation des jeunes de 11 et 13 ans, nettement plus faible, est aussi en baisse avec respectivement 4,1 et 14% de premiers fumeurs.
Si elle reste au-dessus de la moyenne européenne, la proportion de jeunes fumeurs "au cours du mois" en France quitte les premières places du classement, occupées par l'Italie, la Bulgarie et la Lituanie.

Une tendance à la baisse qui confirme les résultats d’une enquête menée l’an dernier par l’OFDT selon laquelle l’usage du tabac aurait diminué chez les 11-18 ans au cours des dernières années, au profit du vapotage. Ainsi, 52% des lycéens français avaient déjà expérimenté la cigarette électronique en 2019 contre 35% en 2015.

L’usage du cannabis chute pour la première fois en 12 ans

Qu’en est-il du cannabis ? Son usage chez les adolescents de 15 ans était en augmentation continue en France depuis 2006. Mais en 2018, il chute de 12 points avec 16,5% de garçons et filles qui ont tiré sur leur premier joint. La consommation "au cours du mois" (8,5%) suit la même courbe, avec une baisse de six points. La France quitte ainsi les premiers rangs du classement mais reste dans le premier tiers des pays les plus consommateurs chez les adolescents.

Anxiété et réseaux sociaux "intensifs"

Dans son rapport européen, l’OMS alerte aussi sur l’anxiété et l’utilisation intensive des réseaux sociaux, qui touchent respectivement un quart et plus d’un tiers des adolescents en Europe, tous pays confondus. "Un adolescent sur quatre déclare se sentir nerveux, irritable ou avoir des difficultés à s'endormir chaque semaine", relève ainsi le rapport. De manière générale, les garçons se sentent mieux que les filles : ils sont 41% à se trouver en bonne santé contre 33% pour ces dernières.