Accoucher en chantant, le pari d’une maternité du Vaucluse

L’objectif de l’association Naître enchantés est d'accompagner les futurs parents par l’expression vocale et d'humaniser les relations avec les équipes médicales.

Par la rédaction d'Allodocteurs.fr

Rédigé le December 13, 2017 , mis à jour le December 13, 2017

"Aujourd’hui, de nombreuses femmes ne savent plus comment gérer leur grossesse et leur accouchement", alerte Magali Dieux, fondatrice du label Naître enchantés. Pour remédier à cette situation, cette ancienne coach vocale a créé il y a cinq ans  l’accompagnement "Naître enchantés par l’expression vocale ajustée" au sein de la maternité de Pertuis, dans le Vaucluse.

"Pendant l’accouchement, j’ai tenu un son à chaque contraction"

"L’expression vocale ajustée comprend une trentaine d’outils comportementaux et psychiques. Parmi eux, il y a notamment l’accouchement par vibrations : les parents sont encouragés à vocaliser (à émettre des sons tantôt graves, tantôt aigus) pendant l’accouchement", explique Magali Dieux. Naître enchantés propose par ailleurs aux futurs parents de pratiquer régulièrement des exercices de confiance en soi et des jeux de rôle. Cette initiative a donné naissance à un collectif, qui regroupe des médecins, des sages-femmes, des psychologues, des chercheurs et des cadres hospitaliers.

A lire aussi : "Non, la péridurale ne ralentit pas l’accouchement"

"Cette idée m’est venue il y a 17 ans. J’étais enceinte et coincée dans les embouteillages, et j’ai commencé à accoucher. Sur la plage arrière, il y avait une petite fille, et je ne voulais pas la traumatiser en hurlant ! Alors pour calmer sa peur – et la mienne – je me suis mise à chanter. Au lieu de crier, j’ai tenu un son à chaque contraction. Grâce à ça, j’ai traversé la douleur psychique", raconte Magali Dieux.

"Depuis cinq ans, nous expérimentons l’EVA, et nous constatons une grande sérénité chez nos patientes. Ca leur apporte beaucoup. Certaines femmes, tout comme Magali, ont mieux supporté la douleur psychique en vocalisant", confie Muriel Fraysse, sage-femme à la maternité de Pertuis. "C’est  par ailleurs la première fois qu’un protocole de formation des sages-femmes fait l’objet d’une étude. C’est très important de valoriser une initiative de cette façon", ajoute-t-elle.

Mieux prendre en compte les violences obstétricales

Mais au-delà des vocalises, Naître enchantés a pour objectif de "redéfinir en profondeur les règles d’organisation" des hôpitaux. En d’autres termes, le collectif propose d’accompagner les futurs parents en amont de l’accouchement, pour que, le jour "J", ils soient plus sereins. En parallèle, Naître enchantés essaie de faire en sorte que les équipes médicales soient les plus apaisées possible, "tout en permettant d’utiliser au mieux les ressources nécessaires dans une efficience économique".

Car pour Magali Dieux  et son collectif, malgré les progrès indéniables de l’obstétrique, la technicisation, l’hyper-médicalisation et le manque de moyens des centres hospitaliers uniformisent les soins. Résultat : les équipes médicales ont plus de mal à prendre en compte les violences psychologiques subies par les femmes pendant l’accouchement. Pour Naître enchantés, cela peut avoir des conséquences graves sur le développement des enfants à naître et sur la santé de leur mère.

Les résultats d’un protocole de recherche attendus pour 2018

Pour le collectif, l’organisation idéale d’un accouchement est la suivante : "La sage-femme est repositionnée au cœur de la périnatalité, le médecin anesthésiste en complémentarité, et l’obstétricien au cœur des urgences et des pathologies. Ainsi, les bienfaits de l’hôpital (garant d’une obstétrique de pointe) avec ceux de l’accouchement à domicile (garant d’une intimité respectée) peuvent se conjuguer."

Le 1er décembre, la maternité de Pertuis a lancé le label "Naître enchantés", qui permet aux professionnels de santé de toute la France de venir découvrir son approche, voire de s’y former. Magali Dieux a par ailleurs initié un protocole de recherche avec des médecins, des sages-femmes et des statisticiens. Ils étudieront les effets de sa méthode sur 300 couples. Les premiers résultats seront révélés au printemps 2018. En attendant, c’est tout le personnel de la maternité de Pertuis qui a été formé à l'accompagnement par l’expression vocale ajustée.

Sponsorisé par Ligatus