Mes gencives saignent : dois-je m'inquiéter ?

3 Français sur 4 saignent régulièrement des gencives au brossage, pourtant, la moitié d'entre eux se considère en bonne santé bucco-dentaire. Le saignement est-il un signal d’alerte ? Réponses de notre spécialiste.

Par par la rédaction d'Allodocteurs.fr

Rédigé le September 17, 2019 , mis à jour le September 19, 2019

Quand vous terminez de vous brosser les dents, vous ne devez pas ressembler à Dracula ! Il s’agit parfois seulement d’un peu de sang  qu’on crache à la fin du brossage. Même quelques gouttes, ce n’est pas normal. Il ne faut pas passer à côté de ce symptôme en se disant qu'on s'est brossés les dents un peu trop fort et que ce n’est rien du tout… Si la gencive saigne, c’est qu’il y a un problème. 

Un brossage trop agressif 

Si les gencives saignent, c’est le signe que le brossage est trop énergique et ce n’est pas le bon geste. En général,  ça arrive quand on se brosse les dents horizontalement de l’avant  vers l’arrière au lieu de la gencive vers la dent. Dans les cas extrêmes...  en plus du saignement,   ça peut provoquer des dégâts irréversibles.  La gencive  se rétracte et les dents  sont creusées par de véritables encoches.  

Comment interpréter le saignement des gencives 

Le plus souvent quand la gencive saigne, c’est qu’elle est attaquée par des bactéries. Les bactéries sont naturellement présentes dans notre bouche et si on ne se brosse pas régulièrement les dents, elles se déposent dessus avec des débris alimentaires pour former la plaque dentaire.  Cela va  irriter, attaquer la gencive qui rougit, gonfle et se met à saigner. C'est ce qu’on appelle une gingivite. En clair, c'est une inflammation des tissus de la gencive. Ils gonflent parce qu’ils se gorgent de cellules immunitaires qui accourent par la circulation sanguine pour essayer de se défendre contre les bactéries. En prime, l'inflammation s’accompagne souvent de douleurs. Et le dernier petit bonus, c’est qu’en s’attaquant aux gencives les bactéries rejettent des résidus qui donnent mauvaise haleine.    

Des gingivites loin d’être rares

80 % de la population sera concernée par une gingivite dans sa vie. Un brossage insuffisant est à l’origine de la plupart de ces gingivites  mais ce n'est pas la seule cause. Ce que l’on sait moins c’est que  les perturbations hormonales comme la puberté, la ménopause et la grossesse peuvent provoquer des gingivites... Dans ce dernier cas, on appelle cela les gingivites gravidiques.  Parfois ça peut être impressionnant et certaines femmes enceintes ont les gencives qui saignent simplement en croquant dans une pomme. Avec les nausées et des gencives qui saignent énormément, elles ont arrêté de se brosser les dents le matin car disent-elles c’est l’enfer. Mais attention, c’est un cercle vicieux, le manque d’hygiène entretient la gingivite. Dans ce cas, et dans tous les cas de gingivite d’ailleurs, il faut continuer à se brosser les dents même si ça saigne avec une brosse à dents souple. C'est la condition sine qua non pour que tout rentre dans l’ordre à la fin des variations hormonales.  

 

Si on laisse traîner…  

Au stade de gingivite, la maladie est réversible. Avec des détartrages réguliers et un brossage impeccable, on peut retrouver des gencives saines. Le problème c’est si on laisse traîner, on risque ce qu'on appelle la  parodontite.

Il y a des poches parodontales qui vont se former, ce sont ces sortes de petites niches entre l’os restant et la dent. Ce sont de parfaits réservoirs pour les bactéries et le tartre qui entretiennent la maladie.  Le parodonte est ce qui entoure la dent. La gencive en fait partie évidemment, mais il y a aussi l’os dans lequel sont engrainées les dents. Si on n'élimine pas la plaque dentaire et le tartre et bien certaines bactéries peuvent s’attaquer à l’os. 

Le problème c’est qu'une fois l’os détruit... il est impossible de revenir en arrière, c’est irréversible. Un des signes, sont les petits triangles noirs entre les dents qui sont typiques des parodontites chroniques chez les gens de 50-60 ans. Il faut agir en urgence pour ne pas perdre encore plus d'os, si on ne veut pas que les dents se déchaussent et finissent pas tomber. 

Les bactéries sont-elles seules en cause ?

Il y a d’autres facteurs qui entrent en jeu, les bactéries ne suffisent pas à elles seules. Il y a une prédisposition génétique  dans  les formes sévères de ces maladies, favorisée par le tabac, le stress, des maladies immunitaires, le diabète mal équilibré...   L'important est de contrôler ces facteurs.   

Traitement en cas de parodontite   

On réapprend les règles d’hygiène et  un détartrage classique doit être fait. Puis des détartrages plus profonds qu’on appelle des surfaçages sous anesthésie. On fait plusieurs séances rapprochées pour éliminer le tartre et toutes les bactéries sous les gencives en profondeur. En entretien ça sera des séances tous les 3 à 6 mois... Si ça ne suffit pas, on peut intervenir chirurgicalement en ouvrant la gencive pour aller nettoyer directement au niveau des poches. On peut aussi associer des traitements antibiotiques lorsqu’il s’agit de bactéries très agressives.  

Vers un signe de maladies  plus générales 

Ce peut être le signe d'un problème de coagulation quand on est hémophile ou atteint d’une leucémie. Ça peut être aussi le signe de graves carences en vitamines, ce n’est pas la majorité des cas mais c’est pour ça que c’est important de consulter son dentiste si jamais cela arrive.

Astuces pour une hygiène irréprochable

​Pour une gingivite :

Il faut se brosser trois fois par jour les dents avec un dentifrice spécial pour les gencives inflammatoires + fil dentaire + bain de bouche désinfectant pendant une semaine pas plus.

Une recette maison :

Bicarbonate de sodium en poudre + eau oxygénée 10 volumes.
On mélange pour faire une consistance sable mouillé et on se brosse les dents avec ce mélange, cela produit un dégagement d'oxygène qui va tuer les bactéries responsables de la parodontite qui sont anaérobies c'est-à-dire qu'elles détestent l'oxygène.

En cas de parodontite on passe plutôt les brossettes car le fil ne suffit plus, les espaces interdentaires étant trop importants.