Poisson pané : trop d'additifs, d'arômes et de sucres ajoutés !

L'association de consommateurs CLCV a analysé 42 produits, dont des panés classiques, des croquettes, des nuggets et des "fish and chips".

© Fotolia

Par la rédaction d'Allodocteurs.fr, avec AFP

Rédigé le March 21, 2019 , mis à jour le March 21, 2019

Savez-vous ce que contient votre poisson pané ? Si ce n’est pas le cas, l’étude de l'association de consommateurs CLCV publiée le 21 mars devrait vous alerter. Celle-ci a passé au crible la composition de 42 produits panés à base de poisson, de tous types de marques, frais ou surgelés. Résultats : ils contiennent trop d'additifs, d'arômes et de sucres ajoutés. Par ailleurs, l'information sur l'étiquetage est parfois incomplète, et la quantité de poisson insuffisante.

Des produits composés en moyenne à 63,2% de poisson

52% des produits analysés par CLCV contiennent des additifs. Parmi eux, des amidons modifiés (maïs, blé, etc.), des régulateurs d'acidité, des conservateurs ou des antioxydants. L’association ajoute que "dans la liste d'additifs, il y a systématiquement des agents texturants". 38% de ces produits contiennent par ailleurs des sucres ajoutés, comme le dextrose ou la maltodextrine. Enfin, 21% contiennent des arômes. "Ce sont surtout les produits qui mettent en avant le côté aromatique du plat : les filets façon meunière, les croquettes aux fines herbes", explique CLCV.

L’association relève également un problème d’étiquetage, et regrette une information "rare" sur l'origine du poisson et la méthode de pêche utilisée. Selon CLCV, "l'origine géographique du poisson est inconnue dans deux tiers des produits étudiés, et près de 90% des panés n’indiquent pas la méthode de pêche".

Dernier point : l’association a réalisé que les poissons panés contenaient en réalité "très peu de poisson". Dans leur échantillon, le pourcentage de poisson dans la composition du produit varie en effet de 35 à 80% (en moyenne, c’est 63,2%). A noter que cette moyenne chute à 59% dans les produits pour enfants. Par rapport à 2016, il y a tout de même du mieux : une enquête similaire de la même association relevait une proportion moyenne de 56,6% de poisson.

Sponsorisé par Ligatus