Les phéromones, l’odeur de l’attirance ?

Que sont les phéromones ? A quel point peuvent-elles influer sur notre comportement ? On leur prête des vertus dignes des philtres d’amour. Elles seraient des sortes de messages invisibles et irrésistibles, et influenceraient nos choix de partenaires.

Par Elsa Haharfi

Rédigé le October 13, 2008 , mis à jour le January 16, 2014

Sommaire

Une substance chimique semblable aux hormones

Certaines glandes produisent des hormones qui circulent à l'intérieur de l'organisme. L'insuline, qui a pour rôle de limiter la quantité de sucre dans le sang, en est un exemple classique.

Les phéromones sont des substances chimiques assez proches. La grande différence est qu'elles sont fabriquées puis envoyées à l'extérieur de l'organisme pour agir sur un autre individu.

Les phéromones sont émises par la plupart des animaux, et même par certains végétaux, et elles vont agir sur des individus de la même espèce. Il existe de nombreuses classes de phéromones qui peuvent déclencher de nombreux types de comportements : agression, fuite, reproduction ou encore marquage de territoire. Ces molécules peuvent se trouver dans la peau, la sueur, la salive, les sécrétions vaginales ou même dans les urines ou les selles. Certaines d'entre elles sont très volatiles. Grâce à elles, un papillon peut détecter un partenaire sexuel à plusieurs kilomètres !

Chez les animaux, les phéromones sont généralement perçues par l'organe voméronasal. C'est une petite structure cylindrique située en profondeur au niveau du septum nasal. L'organe capte les phéromones puis transmet les informations au cerveau.

Leur rôle d’attraction/répulsion

Le Dr Jacques Vergriete, sexologue, nous explique le fonctionnement des phéromones

Moins de phéromones chez l’homme. Chez les rongeurs, les structures dédiées à l'odorat et aux phéromones représentent un tiers du cerveau, alors que chez l'homme, elles sont beaucoup moins développées. 80 % de notre cerveau est dédié aux fonctions cognitives, comme le langage ou le raisonnement. Alors nous ne sommes pas des bêtes et, pour trouver un partenaire, c'est avant tout avec notre cerveau que ça se passe !

Pourtant les débats font toujours rage pour savoir si chez l’homme l’organe voméronasal existe et s'il est fonctionnel. A priori, il se trouverait à l'intérieur du nez, mais les dernières études semblent indiquer que ce n'est plus qu'un vestige de l'évolution, qui ne fonctionne plus. Mais cela ne veut pas dire pour autant que les humains ne produisent pas de phéromones.


Les phéromones sont-elles actives chez les humains ? Avons-nous des exemples de leur mode de fonctionnement ? Influent-elles sur le choix des partenaires ? Réponses avec un sexologue dans ce reportage vidéo.

Et sur les animaux ?

Le Centre européen des sciences du goût, à Dijon, qui étudie le fonctionnement de la phéromone du lait chez le lapereau


Les recherches sur les phéromones continuent néanmoins dans de nombreux laboratoires, mais la plupart d'entre eux s'emploient d'abord à mieux comprendre comment fonctionnent ces substances chez les animaux.

Et si de nombreux scientifiques français analysent l'action des phéromones chez les insectes, rares sont ceux qui s'intéressent à nos plus proches cousins, les mammifères. C'est pourtant le cas de l'équipe d'éthologie du Centre européen des sciences du goût, à Dijon, qui étudie le fonctionnement de la phéromone du lait chez le lapereau nouveau-né.