La vieillesse intellectuelle commence à 45 ans !

Il vaut mieux ne pas attendre l’âge de la retraite pour devenir assidu des mots croisés, sudoku ou autres activités agitatrices de neurones. Contrairement à une idée reçue, la mémoire qui flanche et le vocabulaire qui s’échappe ne sont pas des symptômes réservés aux seniors. Une étude publiée dans le British Medical Journal, montre que le déclin cognitif commencerait à partir de 45 ans.

Par Dominique Tchimbakala

Rédigé le January 6, 2012

Jusqu'ici on pensait que le déclin cognitif commençait à 60 ans. Et pour preuve, on citait les difficultés des personnes âgées à réaliser certains actes : difficultés à suivre une conversation au milieu du bruit, à faire deux choses en même temps ou à se souvenir d'un nom de lieu, par exemple. D'ailleurs, des études récentes avaient même démontré qu'il existait assez peu d'arguments en faveur d'un déclin cognitif avant 60 ans.

L'étude menée par des chercheurs de l'Inserm et de l'University College London révèle l'inverse. Les études cliniques montrent, en effet, une corrélation entre la présence de plaques amyloïdes dans le cerveau et la sévérité du déclin cognitif. Or ces plaques amyloïdes semblent exister dans le cerveau des jeunes adultes.

Les chercheurs ont donc mené une étude sur 5 198 hommes et 2 192 femmes, âgés de 45 à 70 ans, au début de l'étude. Ils ont été suivis pendant 10 ans, leurs fonctions cognitives évaluées trois fois au cours de ces dix années, avec des tests individuels permettant  d'évaluer la mémoire, le vocabulaire, le raisonnement et la fluence verbale.

Les résultats montrent que les performances cognitives (sauf pour les tests de vocabulaire) déclinent avec l'âge et ce d'autant plus rapidement que les gens sont âgés. Le déclin est significatif dans chaque tranche d'âge.

Au cours de la période de l'étude, le déclin des scores du raisonnement était de 3,6 % pour les hommes âgés de 45 et 49 ans et de 9,6 % chez ceux âgés de 65 à 70 ans. Les chiffres correspondants pour les femmes étaient respectivement de 3,6 % et 7,4 %.

Pour Archana Singh-Manoux, un des auteurs de cette étude, "déterminer l'âge auquel le déclin cognitif commence est important parce que des interventions comportementales ou pharmacologiques conçues pour changer les trajectoires de vieillissement cognitifs sont probablement plus efficaces si elles sont appliquées dès le début du déclin."


En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Ailleurs sur le web :

Sponsorisé par Ligatus