Hypnose : une opération ''pilotée par la chanson''

Alama, chanteuse de 31 ans, s'est fait retirer début avril 2014 la thyroïde sous anesthésie locale, et non générale. La patiente, sous hypnose, chantait pendant l'opération : ainsi, le chirurgien savait à chaque instant s'il lésait ou non les nerfs de ses cordes vocales.

Par Florian Gouthière

Rédigé le June 16, 2014

"La patiente a été prise en charge pour une thyroïdectomie", nous explique le professeur Gilles Dhonneur, chef de l'unité de réanimation de l'hôpital Henri-Mondor de Créteil. "De nombreux nodules, dans une forme précancéreuse - mais non cancéreux - sur la thyroïde, rendait nécessaire son ablation."

La voix de cette patiente étant son outil de travail, le corps médical a décidé de mener l'opération sous anesthésie locale (anesthésie de la peau et des parties sous-cutanées) plutôt que générale, afin de pouvoir surveiller en direct que sa voix ne serait pas lésée. Pour diminuer la douleur et aider la jeune femme à se relaxer, une anesthésiste formée à l'hypnose a dialogué avec elle tout au long de l'opération.

"Nous lui avons fait 'revivre' des souvenirs de son pays, et même son accouchement", se souvient Gilles Dhonneur. "Tout au long de l'opération, elle a chanté. Elle ressentait la douleur de l'opération, bien évidemment, et à un moment, nous lui avons demandé si elle voulait que nous augmentions l'anesthésie. Mais elle a refusé, car elle voulait à tout prix préserver sa voix".

"Les deux nerfs qui assurent la motricité des cordes vocales passent très près de la thyroïde. Or il s'agissait là d'une grosse tumeur, proche des glandes, et il y avait un risque qu'au cours de la dissection de la tumeur – qui est une opération difficile – le chirurgien touche ces nerfs. Il y avait aussi un risque que nous touchions les cordes vocales en introduisant le tube dans la trachée…" Grâce à cette technique qui permet de se cantonner à une anesthésie locale, l'opération a pu être "pilotée par la chanson".

"A un moment donnée, alors que le chirurgien s'attaquait à une partie de la tumeur, le chant a cessé, et la voix est devenue rauque. Nous avons alors su qu'il touchait les nerfs de cette zone. Il a modifié sa procédure, et la voix est bientôt revenue."

Alma a récupéré rapidement de l'opération, et sa voix est aujourd'hui aussi claire qu'avant le développement de la tumeur.

"C'est loin d'être la première opération de la thyroïde sous hypnose", insiste le Pr Dhonneur, "mais c'est peut-être la première au cours de laquelle la patiente a chanté tout au long de l'opération." Une nouvelle opération de ce type, sur une chanteuse, serait à l'étude par son équipe.

En savoir plus sur la chirurgie sous hypnose :

Chirurgie et hypnose : quand l'anesthésie locale suffit

Pour des opérations peu douloureuses, l'hypnose peut permettre de réduire des doses d'anesthésiques injectées au patient et éviter une anesthésie générale. Comme le soulignait dans notre émission le Pr Safran, anesthésiste-hypnothérapeute de l'Hôpital Georges Pompidou (Paris), cette technique qui aide le patient à se relaxer "nécessite motivation, coopération et confiance" de la part du patient.

Sponsorisé par Ligatus