Déboucher les artères peut abîmer le coeur

Même lorsqu'elle n'est pas mortelle, la crise cardiaque peut endommager gravement le coeur. En débouchant l'artère obstruée, la reperfusion réapprovisionne le coeur en sang et peut provoquer un choc d'oxygène sur les cellules, les abîmant sensiblement. Des chercheurs américains auraient trouvé une solution contre ces lésions post-infarctus : l'iodure de sodium….

Par Léa Galanopoulo

Rédigé le December 1, 2014

Une artère bouchée cause bien souvent un infarctus. Les vaisseaux obstrués empêchent le sang chargé d'oxygène d'alimenter le coeur. Asphyxiées, les cellules cardiaques meurent progressivement. Une seule solution alors : déboucher l'artère. "Quand une artère est bouchée, on l'ouvre et on la dilate pour réoxygéner le coeur. C'est la reperfusion" explique Marie-Christine Iliou, cardiologue, responsable du service de réadaptation cardiaque de l'hôpital Corentin Celton (92). Mais ce remède s'avère parfois dangereux et peut provoquer des dommages collatéraux.

Les cellules du coeur, habituées à fonctionner avec moins d'oxygène, adaptent leur métabolisme. Quand, grâce à la dilatation, l'oxygène revient enfin au coeur, cela peut provoquer un choc. Trop d'oxygène d'un coup peut endommager les cellules cardiaques, allant jusqu'à provoquer leurs morts…. Et les causes de ce phénomène sont encore peu connues. Une des hypothèses serait que l'afflux brutal d'oxygène induirait un emballement du système immunitaire, qui s'attaquerait alors aux cellules du coeur.

"Ces lésions de reperfusion sont transitoires. Elles peuvent durer de quelques jours à plusieurs mois. Mais elles posent problème car elles retardent le processus de réparation du coeur après un accident cardiaque" précise le Dr Iliou. Lorsqu'une grande zone du coeur est touchée, les dégâts cellulaires peuvent aboutir à une insuffisance cardiaque.

Enfin une solution ?

Ce problème, peu connu et jusqu'alors irrémédiable, a peut-être sa solution. Des chercheurs du centre de recherche Fred Hutchinson de Seattle (USA) ont étudié l'impact de l'injection de iodure de sodium sur des souris atteintes de ce trouble. Résultat : ce nutriment réduit de 75% les dommages causés par la reperfusion sur les tissus cardiaques.

Pour modéliser ce phénomène, les chercheurs ont ligaturé une artère de souris, pour recréer une obstruction. Puis, ils ont injecté à une partie des souris de l'iodure de sodium et à l'autre partie témoin, un placébo (solution saline). Les chercheurs ont ensuite desserré le fil, mimant ainsi une dilatation de l'artère et donc sa reperfusion.

L'iodure de sodium pourrait donc jouer un rôle dans la prévention des lésions post-infarctus et ne présente aucun danger pour l'homme puisqu'il est notamment prescrit pour certaines formes de troubles thyroïdiens et présent naturellement dans les poissons et fruits de mer.

Des résultats à confirmer

Ce n'est pas la première fois qu'un traitement des lésions de reperfusion semble novateur. Des injections de divers produits ont été testées et validées chez l'animal, mais pas chez l'homme. Selon les auteurs, l'iodure de sodium devrait prochainement être testé lors d'une étude clinique.

Pas question néanmoins d'imaginer prendre une pilule d'iodure tous les jours pour prévenir les problèmes cardiaques ! Une prise sur le long cours habituerait les cellules et serait inefficace… L'iodure pourrait s'avérer utile seulement s'il est administré avant une opération cardiaque. En attendant la confirmation de ces résultats, le Dr Iliou rappelle que "plus on reperfuse vite et moins il y a de risque d'avoir des lésions. Le plus important lors d'un infarctus est de faire le plus vite possible."

 

Source : Iodide protects heart tissue from reperfusion injury, A. Iwata et al. Novembre 2014, PlosOne. DOI: 10.1371/journal.pone.0112458

 

En savoir plus :

Sponsorisé par Ligatus