Comment aider une femme victime de violences conjugales ?

Si un homme ivre bat sa femme tous les soirs, comment alerter la police sans la mettre en danger ?

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr

Rédigé le February 9, 2012 , mis à jour le February 10, 2012

Les réponses du Dr Muriel Salmona, psychiatre, et d'Ernestine Ronai, observatoire des violences envers les femmes du Conseil général de Seine-Saint-Denis :

"La violence génère une addiction. Elle a tendance à s'aggraver. Donc à chaque fois que l'on est témoin d'une violence, on n'est jamais sûr qu'il n'y en aura pas d'autres beaucoup plus graves après. Il faut intervenir en sachant qu'il faut protéger les femmes victimes car la majorité des homicides ont lieu dans le cadre de la séparation. Dans ce cas il faut faire encore plus d'efforts. Les enfants sont en jeu, une majorité d'entre eux subissent directement des violences. Et ceux qui ne subissent pas de violences physiques, sont traumatisés. Ils subissent en effet une violence psychologique avec des conséquences très lourdes pour leur santé."

"Si on constate les violences d'un mari sur sa femme, il faut alerter la police. L'intervention de la police va permettre d'extraire le mari violent si on est dans du flagrant délit. Il sera extrait du domicile et probablement placé en garde à vue. Ensuite, il va y avoir soit des poursuites, soit un rappel à l'ordre. La femme pourra alors demander une ordonnance de protection dans laquelle elle va pouvoir demander à ce que son mari ait interdiction d'entrer en contact avec elle, elle pourra aussi demander que le droit de visite et d'hébergement du père soit encadré… Donc qu'il y ait des mesures de protection réelles. Il ne faut pas que la victime ait la double peine, c'est-à-dire partir dans l'errance et être en danger. Si on constate des violences il faut le signaler car on ne sait pas comment elles peuvent évoluer."

En savoir plus

Dossier :

Questions/réponses :

  • À part la séparation, une femme peut-elle trouver une solution si l'homme refuse une thérapie ? Si oui, laquelle ?
    Voir la réponse en vidéo*
  • Mon mari est colérique et me frappe parfois. Ensuite, il est pris de remords et pleure en s'excusant. J'ai peur de partir.
    Voir la réponse en vidéo*

* Les réponses du Dr Muriel Salmona, psychiatre, et d'Ernestine Ronai, observatoire des violences envers les femmes du Conseil général de Seine-Saint-Denis

Sponsorisé par Ligatus