Ch@t : Vivre avec un dépressif

Ch@t du 28 mai 2010
Avec les réponses du Pr. Christophe Lançon, chef du service de psychiatrie du C.H.U. Sainte-Marguerite à Marseille et du Dr Aurélie Lagodka, psychiatre.

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr

Rédigé le May 31, 2010 , mis à jour le June 22, 2015

Sommaire

Les réponses du Pr. Christophe Lançon, psychiatre

  • Je souffre de douleurs tous les jours et cela me rend dépressive avec des idées de suicide. Dès que mes douleurs diminuent un peu je vais mieux. Dois-je suivre un traitement à vie ?

Tout dépend de la cause de vos douleurs. De toutes les façons il faut traiter cette cause si on la trouve, sinon il faudra effectivement prendre un traitement pour les douleurs pendant longtemps.

La bipolarité c'est l'alternance de moments de dépression et de moments avec des phases d'exaltation ou d'excitation il faut alors consulter un médecin spécialiste des troubles bipolaires qui vous proposera un traitement pour réguler ses oscillations de l'humeur.

  • J'ai fait une dépression à l'âge de 13 ans et j'ai l'impression d'être encore fragile, est-ce normal ?

Oui c'est assez fréquent surtout lorsque la dépression n'a pas complètement guérie.

  • Est-ce que les bêta bloquants peuvent conduire à une dépression ?

Certains d'entre eux en effet mais c'est peu fréquent.

  • Un dépressif peut-il guérir uniquement avec un traitement médicamenteux ou doit-il compléter avec un accompagnement psy ?

Le traitement repose le plus souvent sur les médicaments antidépresseurs, l'accompagnement psy est souvent nécessaire mais pas obligatoire pour guérir, il faut aussi que la personne déprimée trouve un "psy" qui lui convienne.

  • Ma fille est sous venlafaxine, suite à une dépression, elle va bien mais s'inquiète de ne pas pouvoir faire un 2ème enfant à cause de son traitement, le traitement est-il incompatible avec une grossesse ?

En effet certains antidépresseurs sont peu compatibles avec une grossesse, on peut alors changer de médicament antidépresseur il faut en discuter avec le médecin et les obstétriciens.

  • Mon compagnon est dépressif, a arrêté depuis 1 mois tout traitement, il voit toujours son médecin traitant mais désire se soigner par les médecines parallèles. Kinésiologie… Peut-il s'en sortir comme ça ? Pour info, il a fait trois tentatives de suicide. Depuis peu, il a des colères assez fortes.

Beaucoup de gens font comme lui. Malheureusement le risque de rechute est grand dans les semaines ou les mois qui suivent l'arrêt du traitement médicamenteux la question est : pourquoi ne veut-il plus continuer ce traitement… Il faut qu'il en discute avec son médecin.

  • Faut-il mieux consulter un psychologue ou un psychiatre ?

Si vous souffrez d'une maladie il est mieux de voire un médecin (un psychiatre en est un, pas un psychologue).

  • A cause d'une maladie neurologique invalidante et non nommée, je suis dépressive, pourrais-je un jour arrêter les antidépresseurs, efficaces sur la dépression mais néfastes sur ma vie sexuelle ?

Tous les antidépresseurs ne perturbent pas la vie sexuelle il faut absolument qu'avec votre médecin vous arriviez à en trouver un qui ne vous handicape pas. Peut-être faudra t-il consulter un sexologue pour évaluer plus "finement" les choses.

  • Une personne bipolaire peut-elle avoir une activité professionnelle normale ?

Oui oui, surtout si son état est équilibré (grâce à une prise en charge de qualité).

Guérir : oui si l'on entend ne plus faire d'accès dépressif ou d'excitation … mais arrêter tout traitement, cela est parfois difficile.

  • Je suis dépressive, depuis l'âge de 15 ans, depuis 7 années je suis en retraite invalidité, je me soigne toujours, je fais régulièrement des psychothérapies, j'ai une vie saine, régulière, et je crois que je vois le bout du tunnel, mon traitement je sais qu'il faut le prendre à vie.

C'est un témoignage encourageant et très important merci.

  • Je vis une relation destructrice avec un homme séparé, pas divorcé. J'habite chez lui (moi 4ème sans ascenseur) j'ai besoin de lui financièrement, il n'arrête pas de me dire de partir et me fiche dehors, je n'ai qu'une idée, c'est de mourir, je me suis constitué un stock imposant de médicaments, mais je n'y arrive plus.

Vous faites bien de ne pas le faire ... Le suicide est une solution qui ne règle rien qui va faire souffrir les autres, faites vous aider (association pour le suicide, numéro vert, votre médecin de famille, une assistante sociale ... ne restez pas isolée !!)

  • Je prends de la mirtazapine depuis 9 mois. J'ai commencé par 1 jour sur 2, j'en suis à 2 par soir et mon état reste stationnaire (manque d'énergie, envie de rien, tristesse). Quelle autre molécule pourrais-je essayer avec l'aide de ma psy ?

Il faut effectivement envisager de changer de traitement et de faire aussi un bilan de santé car une dépression qui "traine" peut-être liée à d'autres maladies quelques fois.

  • Existe-t-il des analyses pour diagnostiquer ce qui le rend dépressif ?

Pas vraiment car la dépression n'est pas le résultat d'une cause particulière le plus souvent.

  • Existe-t-il des aliments qui peuvent aider à fabriquer de la sérotonine puisque la dépression est causée par son déficit ?

Cela ne règle pas la dépression car la sérotonine n'est pas en manque dans la dépression mais mal utilisée par le cerveau.

  • Comment savoir si on est vraiment dépressive ou si c'est un passage de moins bien ?

La dépression est un état de tristesse, de fatigue, d'envie de rien, de goût à rien qui dure pendant plus de 15 jours en général c'est votre médecin qui pourra vous confirmer cela.

  • Je pense souffrir de bipolarité mais n'ose pas en parler à mon généraliste. Je voudrais pourtant me faire aider mais les consultations chez les psychiatres sont relativement chères, surtout si je dois y retourner souvent. Y a-t-il une alternative ?

Il y a des centres hospitaliers avec des consultations spécialisées pour les troubles bipolaires qui ne sont pas coûteuses.

  • Je suis sous fluoxétine et clorazépate dipotassique depuis des années, je suis toujours dans le même état de non projection de moi-même, de fatigue intense, je ne sors plus, j'ai connu des périodes de rémission, mais je suis retombée dans cet enfer, mon mari et mon médecin disent que je dois prendre sur moi, que faire ?

Peut-être envisager de demander un avis à un spécialiste de la dépression.

  • Mon médecin m'a donné de l'escitalopram puis du paroxétine mais les effets secondaires sont les mêmes que ce que je ressens, essoufflement, tremblements, palpitations, ces médicaments ne risquent-ils pas d'aggraver mes symptômes dus à la dépression ?

Effectivement ces deux médicaments peuvent donner le même type d'effets secondaires. S'ils sont difficiles à supporter et que votre état psychique ne s'améliore pas beaucoup, il faut changer de médicament antidépresseur pour trouver celui qui vous convient.

  • Les centres spécialisés bipolaires sur Paris ?

Oui dans les différents services universitaires de psychiatrie ou à Créteil.

  • J'ai 23 ans et j'ai fait une dépression il y a 3 ans. Depuis je survie, je suis toujours fatiguée, il ya des jours où tout va bien et d'autres où je sombre, je suis toujours en situation d'échec. Je pense que je suis bipolaire mais que j'ai du mal à me l'avouer, comment en être sûr ?

Allez voir un centre spécialisé pour les troubles bipolaires.

En théorie ce n'est pas indiqué.

Le plus souvent oui surtout si la dépression est grave ; dans les dépressions "légères" il est possible de faire une psychothérapie de type cognitivo-comportementale, la psychanalyse est une bonne thérapie mais elle n'a pas souvent d'effet dans les dépressions surtout si elles sont graves.

Oui quelquefois.

  • Je suis sous escitalopram (15 jours) puis sous paroxétine depuis huit jours je voulais savoir si ces médicaments ne peuvent pas aggraver les troubles que j'ai déjà : tremblements, palpitations, puisqu'ils on les mêmes effets secondaires que mes symptômes dus à ma dépression  ?

Vous avez manifestement des effets secondaires des traitements, il faut adapter les doses de médicaments si cela vous gêne…Ou changez de traitement, parlez-en à votre médecin.

  • Pensez-vous que certaines plantes, comme le Millepertuis ou le Griffonia, peuvent être efficaces sur la dépression ou l'anxiété ? Je souhaite arrêter le paroxétine (1/2 comprimé par jour) pour avoir un enfant ?

Le millepertuis et la grossesse ce n'est pas très bon, parlez en avec votre obstétricien et votre médecin.

  • Les traitements contre la dépression font-ils prendre du poids ? On se plaint souvent de visage boursouflé ?

Certains en effet.

  • Suite à un AIT en 2001, rien ne va plus. Cadre hyper dynamique, je suis une épave. On a diagnostiqué en 2003 une insuffisance surrénale et un burn out. Malgré les médicaments, je ne m'en sors pas. Au lit 70% de mon temps !

Il faut consulter très vite, votre situation est manifestement complexe, ce qui vous améliore peut vous améliorer plus en adaptant le traitement.

Il y a dans le trouble bipolaire un facteur génétique mais cela n'explique pas tout !!!

  • Un inhibiteur de la recapture de la dopamine (phényléthylamines) peut-il compléter un traitement antidépresseur afin d'accentuer une concentration défaillante (probable symptôme de la dépression)?

Dans certaines situations très particulières et avec l'aide d'un spécialiste, cela peut se faire.

  • Mon mari et moi avions prévu de faire un bébé, mais ma dépression fait que je n'en ai plus envie. Les antidépresseurs faisant effet, je me sens tout de même mieux. Combien de temps faut-il attendre après l'arrêt du traitement ?

On peut mener une grossesse avec certains antidépresseurs.

  • Est-ce qu'un traitement contre la dépression peut, après avoir été efficace pendant un moment, s'avérer inéfficace (accoutumance) ?

Malheureusement cela peut arriver il faut alors en changer ou chercher une cause à cela avec votre médecin.

  • Y a-t-il un un régime alimentaire à suivre pour le bon moral (qui peuvent aider à se sentir mieux) ?

Le régime peut aider à se sentir mieux en général mais pas à sortir de la maladie dépressive.

Dans la dépression bipolaire il y a avec la dépression des moments d'excitation.

  • Est-il important que le patient dépressif ait confiance en son psy pour que le traitement soit efficace ?

Oh oui très important.

  • Que pensez-vous de la stimulation transcranienne dans le traitement de la dépression  ?

C'est encore un traitement expérimental qui a de bons résultats dans les dépressions qui ne répondent pas aux antidépresseurs.

  • La dépression entraîne-t-elle toujours une perte de poids ? Pas de prise de poids ?

Dans la dépression le poids n'est pas toujours perturbé : parfois on prend du poids (grignotage) parfois on en perd d'autres fois rien.

Non, pas toujours heureusement.

  • L'invité du jour a dit si le traitement soigne il ne faut pas hésiter. Pourquoi alors me considérer comme un drogué alors qu'avec une dose de buprénorphine supérieure 6mg, j'avais une vie normale sevrage de prise de paracétamol, codéine (hernies discale pas d'arrêt de travail !)

Effectivement, cela est incompréhensible, les doses adaptées sont celles qui vous permettent d'aller bien. A voir avec votre médecin.

  • L'itération (au niveau de la pensée), est-ce d'origine psychotique ou névrotique ?

Les deux.

  • Mon épouse est déprimée et a des douleurs intenses sur tout son corps Est-ce la dépression qui lui donne toutes ses douleurs ou l'inverse ?

Souvent les deux sont imbriqués.

  • Depuis 8 mois je prends du lyzanxia, car très angoissée. J'ai déjà eu des traitements antidépresseurs en 2006 et 2007. Plusieurs molécules ont été prescrites (effexor, norset, deroxat) et je suis toujours et de plus en plus mal : angoisse, insomnie (réveil à 3 h du matin), souvent envie de rien.

Manifestement on n'a pas trouvé ce qui vous convient il ne faut pas hésiter à demander un avis à un spécialiste.

  • Escitalopram est-il compatible avec une grossesse ?

Il faut être prudente !!! Mais ce n'est pas absolument contre-indiqué. A discuter avec vos médecins.

  • Je suis dépressive et est un penchant pour l'alcool, y a t-il un lien de cause à effet ?

Malheureusement oui les deux allant souvent ensemble.

  • J'ai 31 ans et je souffre de fibromyalgie, ces douleurs sont très lancinantes et m'empêchent de dormir, je suis de nature anxieuse et stressée, ai-je un risque de dépression ?

Oui.

  • Mon fils 36 ans opéré d'une tumeur cérébrale, en même temps déception sentimentale et professionnelle. Il a fait une dépression grave et après avoir longtemps hésité car c'est un battant, il a consulté une psy qui refuse de le revoir car elle ne pense pas que la déprime soit secondaire à ses problèmes ?

Il faut consulter un autre médecin.

  • Que pensez-vous du Griffonia ? Cette plante peut-elle être efficace pour traiter des symptômes dépressifs ou de l'anxiété ?

Rien n'est prouvé !! Donc prudence.

  • Comment reconnaître le moment où il faut hospitaliser la personne dépressive ?

Surtout quand il a de fortes idées suicidaires, si son état physique se dégrade avec perte de poids importante, si les traitements ne marchent pas.

C'est exceptionnel.

  • Je prenais de l'escitalopram (15 jours) on m'a changé pour la paroxétine (8 jours), j'avais peur des effets secondaires. Mais c'est la même molécule, existe-t-il d'autres molécules pour soigner la dépression ?

Oui plus de 30... Parlez-en avec votre médecin.

  • Ma fille est sous fluoxétine depuis début janvier 2010, elle a 18 ans. Fin 2009 elle a fait une TS. Que pensez-vous de ce médicament ?

Comment va t-elle, a t-elle des idées suicidaires ? Arrive t-elle à mener une vie "normale" c'est le meilleur moyen d'évaluer l'efficacité du traitement.

  • Un psychanalyste en parallèle avec un psychiatre, est-ce que ça peut être bénéfique à mon mari pour trouver la cause de sa bipolarité  ?

Non pas pour trouver la cause mais oui peut être pour son "confort" psychologique surtout s'il pense que cela lui est utile.

  • Avoir toujours peur de la mort est-ce un signe de déprime ?

Pas forcement ... surtout si vous n'êtes pas triste et si vous avez envie de faire des choses.

  • Pouvez-vous me donner un nom de médicaments qui ne fait pas grossir ?

Fluoxétine, citalopram, et d'autres encore en fait cela dépend aussi de votre "réactivité" au médicament.

  • Dépressive depuis 15 ans (inceste), essai de nombreux traitements, j'en suis à mon 3ème psychiatre, le dernier traitement ne fonctionne pas (seroplex),il n'a pas voulu en changer mais je ne vis plus, dors le jour, ne me lave plus,etc. Plus le temps passe et plus je vais mal, je perds confiance en lui, dois-je en changer ?

Je le crois.

  • Moi aussi, je m'impatiente : fibromyalgie + dépression + allopathie pas supportée, prise de Griffonia et extrême fatigue. Des pistes ?

Certains antidépresseurs peuvent aider ... la stimulation magnétique transcranienne aussi, consultez un centre antidouleurs ou un service spécialisé dans la fibromyalgie.

  • Y a-t-il une prise de poids avec la maprotiline ?

Souvent.

  • Les traitements peuvent-ils avoir des conséquences sur la santé ?

S'ils sont peu surveillés par le médecin, quelquefois.

  • Est-il vrai que les antidépresseurs mal dosés peuvent être la cause d'un état de fatigue ? On a l'impression de tourner en rond.

Oui, cela peut arriver.

  • Ai-je un début de cirrhose du a mon hépatite b, puis-je prendre de la "fluoxétine" à long terme ?

Oui en surveillant votre bilan hépatique régulièrement.

  • Nous n'avons plus de vie sexuelle depuis la dépression de mon mari, pour les médecins, c'est comme cela, mais on en souffre tous les 2 et je trouve que cela entraine son mal être, et nos conflits. Existe-t-il un antidépresseur sans cet effet secondaire ?

Oui il y en a, vous pouvez aussi en discuter avec un sexologue. Retrouver une sexualité épanouie est un signe de guérison de la dépression.

  • Combien coûte une consultation avec un psychiatre en moyenne ?

Maximum 41 euros.

  • Combien de temps doit durer en moyenne une consultation chez un psychiatre pour y trouver un intérêt médical pour moi c'était maximum 10 à 15 mns, le temps de ne rien dire ? Ou assez ? Une fois par semaine, j'ai arrêté !

Le temps qu'il faut c'est celui qui vous convient à vous !!! Et pas au médecin pour aller mieux !!!!

  • Peut-on prendre du poids avec venlafaxine ?

Oui.

  • A t-on bon espoir pour la guérison de la dépression ?

Si le traitement est correctement conduit oui.

  • Le rôle d'un magnétiseur peut-il être bénéfique ?

Non

  • Où s'adresser pour trouver un psy spécialiste de la dépression ?

Dans les hôpitaux (universitaire souvent).

A priori non

  • Je n'ai plus de symptômes dépressifs depuis 2 mois, mais mon neurologue a maintenu mon traitement à base d'escitalopram et Olanzapine alors que les effets secondaires, ne diminuent pas douleurs de jambes, pieds très enflés au point de ne pouvoir me chausser et marcher, mal de dos et de vertèbres ?

Normalement, il faut continuer le traitement antidépresseur pendant au moins 6 mois une fois que l'on est "guérie" si les effets secondaires persistent il faut adapter les doses parfois.

  • La consultation est remboursée uniquement chez un psychiatre et non chez un psychologue ?

Le psychologue n'est pas remboursé.

  • Peut-on arrêter le traitement du jour au lendemain sans l'avis du médecin ?

C'est fortement déconseillé, attention aux manifestations de sevrage et à la rechute !

  • Une dépression engendrée par un bétabloquant guérit elle plus vite ?

Malheureusement pas toujours.

  • Ma mère est dépressive . Est-il particulièrement risqué du fait de sa maladie de lui faire l'annonce d'une nouvelle choquante ?

A priori non mais je ne connais pas son état

  • Je vais beaucoup mieux avec 5 mg de citalopram depuis 2 ans - mais j'ai peur d'arrêter - que conseillez-vous ?

Continuez et demandez l'avis de votre médecin.

  • Je suis dépressive, en premier temps sous venlafaxine puis sous carbonate de lithium depuis 4 mois mais je me sens toujours pas bien et très fatiguée même épuisée, faut-il une hospitalisation pour vraiment stabiliser ?

Pas nécessairement si votre médecin adapte régulièrement votre traitement.

 

Les réponses du Dr Aurélie Lagodka, psychiatre

La dépression est une maladie multifactorielle impliquant des facteurs génétiques, qui peuvent prédisposer biologiquement à la dépression mais également d'autres facteurs, tout aussi importants, comme les facteurs environnementaux (les événements joyeux ou malheureux qui peuvent se produire au cours de l'existence), et les facteurs de personnalité, qui permettent de moduler de manière positive ou négative ces événements. En outre, certains types de dépression, entrant dans le cadre du trouble bipolaire, sont plus fortement associés à des facteurs génétiques.

  • Mon frère, divorcé, 3 enfants, vit seul. Depuis l'année dernière (date à laquelle nous avons perdu notre père) il s'isole, manque d'énergie, ne communique presque plus, à un point tel qu'il ne se lève parfois même plus pour aller travailler (il est carreleur à son compte) comment l'aider ?

C'est une situation très difficile que de voir un proche s'enfoncer progressivement dans la souffrance. Les symptômes que vous décrivez peuvent effectivement entrer dans le cadre d'une dépression. Pour l'aider, il faut qu'il consulte un psychiatre ou son médecin généraliste, qui pourra établir le diagnostic et proposer le traitement le plus approprié. S'il refuse d'aller consulter, vous avez aussi la possibilité de l'emmener aux urgences les plus proches de chez vous, dans lesquelles il y a souvent un psychiatre de garde. Enfin, si la situation devient inquiétante : expressions d'idées suicidaires, tentative de suicide, perte de poids importante ou tout autre symptôme vous alarmant et qu'il refuse de se soigner, n'hésitez pas à avoir recours aux pompiers qui pourront vous aider à le transporter aux urgences pour une hospitalisation.

  • Je n'ai aucun souci dans ma vie professionnelle mais une fois rentrée chez moi, je n'ai aucune motivation pour quoi que ce soit, je reste devant l'ordi ou la télé, est-ce signe de dépression ?

Le manque de motivation fait en effet partie des signes de dépression. N'hésitez pas à consulter.

  • Je vais mal depuis très longtemps...pour moi la vie me semble nulle et je suis toujours fatiguée. J'aimerais en parler avec quelqu'un qui puisse vraiment me comprendre et finir par m'aider mais je ne vois pas qui à part un psy et cela me reviendrait trop cher.

Vous avez raison de vouloir consulter. Il y existe des Centres Médico-Psychologiques (CMP) qui dispensenr gratuitement des consultations avec des psychiatres. Vous pouvez appeler les urgences psychiatriques pour connaître les coordonnées du centre le plus proche de chez vous.

  • J'ai du mal à me motiver pour faire quoi que ce soit, à sortir, j'ai constamment des idées suicidaires et l'impression que rien ne pourra s'arranger, cela veut-il dire que je suis dépressive ?

Les symptômes que vous décrivez évoquent une dépression. Les idées suicidaires sont à prendre en compte. N'hésitez pas à consulter votre médecin généraliste ou les urgences psychiatriques.

  • Est-ce que le médecin généraliste qui dirige sur un psychiatre ? Ou peut-on s'y rendre directement ?

On peut se rendre directement chez un psychiatre, soit en libéral, soit dans un Centre Médico-Psychologique.

  • Ma mère est dépressive depuis 45 ans et sous Ffuoxétine - les personnes âgées doivent-elles être soignées différemment ? Elle a 87 ans.

La plupart des traitements antidépresseurs sont semblables chez les personnes âgées. Toutefois, il peut y avoir des adaptations de posologie.

Oui, il existe des facteurs génétiques de bipolarité.

La dépression peut, ou non, entrer dans le cadre d'un trouble bipolaire, qui associe des épisodes dépressifs à des épisodes maniaques (euphorie, exaltation, beaucoup d'énergie, désinhibition, dépenses importantes etc...).

  • Est-ce qu'un interne a suffisamment d'expérience pour un diagnostic psychiatrique ?

Oui, bien sûr !

  • Quid de la psychanalyse pour traiter la dépression ?

La psychanalyse est une méthode thérapeutique qui, comme toute thérapie, qu'elle soit médicamenteuse ou psychothérapeutique, est efficace chez certaines personnes mais pas chez tous le monde.

  • Mon ami a arrêté ses antidépresseurs au bout de 3 mois, j'ai peur d'une rechute. Dois-je le convaincre de continuer la prise ou du moins le pousser à retourner voir son psychiatre ?

Vous avez raison de craindre une rechute. Le traitement antidépresseur doit être poursuivi 6 mois à 1 an après la rémission des symptômes. Il est donc indispensable qu'il les poursuive !

  • Une activité physique régulière peut-elle se substituer aux médicaments pour la dépression ?

Non, ça ne peut pas se substituer. Cependant, c'est un très bon adjuvant !

  • L'environnement familial peut-il jouer sur la guérison de la dépression ?

L'environnement familial et social joue effectivement un rôle dans la guérison de la dépression. Il est important d'être à l'écoute et présent pour accompagner le patient. Cependant, certaines dépressions très graves sont difficiles à stabiliser même avec un entourage aidant et aimant.

  • Comment aider une personne dépressive mais qui ne se soigne pas car elle n'ose en parler ni à son médecin encore moins à sa famille avant qu'il ne soit trop tard ?

Il y a toujours, généralement, des signes extérieurs de dépression: amaigrissement, inactivité, tristesse etc...Il est important d'interroger la personne sur la présence d'idées suicidaires. Si elle est très repliée, n'hésitez pas à l'amener aux urgences, via les pompiers si besoin.

  • Doit-on forcément trouver la cause de la dépression ou faut-il juste aller de l'avant sans chercher à comprendre pourquoi ?

La dépression est multifactorielle. Il est donc difficile d'en connaître la cause exacte

Ca n'est pas recommandé. Consultez votre médecin.

  • Comment aider les enfants 7 et 10 ans à comprendre la dépression de leur papa ?

Il faut leur expliquer avec des mots simples que leur papa a une maladie et qu'il nécessite un traitement et peut-être des hospitalisations. Il faut insister sur le fait qu'ils n'y sont pour rien, car les enfants ont fortement tendance à culpabiliser.

  • Peut-on guérir d'une dépression sans traitement aucun (psy ou antidépresseurs) ?

Oui, il arrive que la dépression cède spontanément mais cela peut être long (18 mois). En outre, le traitement permet de prévenir les rechutes.

  • Je prends un antidépresseur depuis un mois. Au bout de combien de temps peut-on juger de son efficacité et décider qu'il convient ou qu'il faut en changer ?

L'efficacité se voit au bout de 3 à 6 semaines.

  • Je suis dépressive je suis un traitement médicamenteux qui ne fonctionne pas je suis tout le temps fatigué je fais des crises de boulimie que faire ? Je suis perdue.

Consultez votre psychiatre pour un réajustement thérapeutique.

  • J'ai fait de la dépression à la suite d'un divorce à 44 ans j'en ai 75 et ma vie a été une prise de médicaments constante presque, est-ce possible d'alterner des jours avec ou sans prise de paroxétine car je pense que ces antidépresseurs m'ont fait grossir, et je fais très attention à mon alimentation.

Non, la prise doit être quotidienne.

  • Irritable, toujours très énervée, souvent envie de pleurer, fatiguée et bien souvent agressive, est-ce des signes de la dépression ?

Oui, en effet

  • Dépressive, je me sens de mieux en mieux (traitement sous seroxat) mais dès que je suis contrariée je souffre du dos, est-ce une nouvelle manifestation de ma dépression ?

Les symptômes douloureux font partie de la dépression. Mais cela peut également être un signe de "stress" sans rechute dépressive. Parlez-en à votre psychiatre.

  • Les gens qui souffrent d'addiction est-ce aussi une forme de dépression ?

Les addictions peuvent être secondaires à une dépression. cependant, ça n'est pas systématique.

  • Comment me protéger et retrouver un peu d'énergie chaque jour pour continuer a vivre avec notre fils de 8 ans et un conjoint dépressif sous traitement antidépresseur  et anxiolytique (phobie sociale) depuis 16 ans ?

Il pourrait être bénéfique pour vous de consulter également un psychiatre ou un psychothérapeute. Il est possible que vous fassiez vous-même une dépression.

  • Y a t-il des effets secondaires aux comprimés contre la dépression ? Ma mère ne veut pas en prendre à cause de ça.

Certains peuvent en avoir mais c'est très variable en fonction des molécules. Rassurez votre mère, il y a certainement une molécule qui peut lui convenir.

  • La dépression diminue-t-elle les facultés cognitives (j'en ai marre d'avoir l'impression de devenir une larve incapable de la moindre créativité) ?

Oui, la dépression peut être responsable de troubles de mémoire et de concentration.

  • Peut/doit-on contacter le psy d'un dépressif pour l'aider ?

Si vous jugez que la situation est alarmante, vous pouvez le contacter, avec l'accord du patient !

  • Quelle attitude avoir avec un dépressif qui sort d'hôpital psychiatrique (dont on a l'impression qu'il n'est pas guéri)? Y a t-il un suivi médical par l'équipe de l'hôpital ou autre ?

Oui, un suivi avec l'équipe médicale est normalement organisé à la sortie. Prenez contact avec le médecin qui s'est occupé de cette personne.

  • J'ai une tante qui souffre de dépression depuis plus de trente ans elle a eu sa première dépression suite à la naissance de son enfant. Par ailleurs elle a une vie conjugale désastreuse se confie très peu et depuis sa ménopause elle multiplie les dépressions. Peut-elle guérir ?

Aller mieux, oui.

  • Doit-on laisser un dépressif s'isoler chaque fois qu'il le souhaite ?

Ca dépend de quel type d'isolement. Si c'est transitoire, oui, pourquoi pas. Si c'est prolongé et associé à des éléments inquiétants (ne mange plus, idées suicidaires etc..), il vaut mieux intervenir.

  • J'ai 41 ans et je suis dépressive depuis l'âge de 15 ans, je prends des médicaments mais rien n'y fait, je suis seule, dois-je me faire interner ? Je pense souvent à la mort.

Oui, ce serait une bonne initiative.

  • Mon père commence à avoir du mal à supporter la dépression de ma mère (plus de 30 ans) dois-je conseiller à mon père de suivre un traitement psychiatrique ?

Oui !

 

Sponsorisé par Ligatus