Alzheimer, la taille du cerveau en question

L'examen de la taille de certaines parties du cerveau pourrait aider à diagnostiquer plus tôt la maladie d'Alzheimer.

Par Benoît Thevenet

Rédigé le December 22, 2011 , mis à jour le January 4, 2012

Certaines parties du cerveau sont connues pour être plus vulnérables que d'autres à la maladie d'Alzheimer.

Des chercheurs américains ont donc eu l'idée de les examiner de près à l'aide de scanners. 159 personnes, âgées en moyenne de 76 ans et indemnes de démence ou de problème de mémoire ont participé à cette étude durant trois ans. Régulièrement les chercheurs ont mesuré l'épaisseur de certaines zones du cortex cérébral, zones dont on a déjà par le passé constaté qu'en cas de maladie d'Alzheimer elles avaient tendance à rétrécir. Les patients, en fonction des mesures établies, ont été ensuite classés en trois groupes : haut risque, risque moyen et faible risque de développer la maladie.

Trois ans plus tard, le suivi des participants à pu montrer que parmi les personnes classées à haut risque, 19 % avaient développé des troubles cognitifs ; 7 % pour la catégorie "risque moyen" et aucun pour la catégorie "risque faible".

Pour les chercheurs, qui ont publié leur étude, mercredi 21 décembre 2011, dans la revue Neurology, cette constatation devrait permettre de développer de nouvelles stratégies de diagnostic précoce de la maladie, seule façon aujourd'hui de ralentir un peu et surtout d'anticiper le changement de vie qu'implique la maladie d'Alzheimer.

A lire aussi :

Sponsorisé par Ligatus