L'impressionnant recul des maladies tropicales

Un rapport publié le 16 janvier 2013 par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) présente les très importants progrès réalisés dans la lutte contre dix-sept maladies tropicales négligées. Deux d'entre elles seraient même sur le point d'être éradiquées.

Par Florian Gouthière

Rédigé le 19 janvier 2013 , mis à jour le 21 janvier 2013

Les stratégies sanitaires coordonnées à l'échelle mondiale par l'OMS depuis plusieurs années portent leurs fruits. Au fil des pages du rapport, un tableau particulièrement optimiste se dessine. La propagation de neuf maladies tropicales graves pourraient être arrêtées d'ici à 2020, à échelles mondiale ou régionale.

A court terme, deux autres maladies sont même sur le point d'être purement et simplement éradiquées. La première est une grave maladie parasitaire, la dracunculose (également appelée filariose de Médine, ou maladie du ver de Guinée). Selon le rapport, alors que près de 3,5 millions de cas étaient rapportés en 1986, ce chiffre a été réduit à 521 à la fin d'année 2012. La seconde, de nature bactérienne, regroupe en réalité l'ensemble des tréponématoses endémiques (dont le pian est le principal représentant). Bien que celles-ci soient encore très présentes dans les régions tropicales d'Amérique Latine, d'Afrique subsaharienne et d'Asie, la découverte d'un traitement en janvier 2012 autorise l'OMS à pronostiquer leur éradication au terme de la décennie.

Un approvisionnement régulier en médicaments de qualité constante et d'un bon rapport efficacité/coût, conjugué à l'intensification des campagnes de sensibilisations, semble expliquer ces nombreux succès. Mais le rapport de l'OMS souligne aussi que les dons de médicaments de la part des pays riches ont sensiblement appuyé les mesures et les initiatives.

"Avec cette nouvelle phase dans la lutte contre les maladies, nous nous rapprochons d'une couverture sanitaire universelle en interventions essentielles" a déclaré le Dr Margaret Chan, directrice général de l'OMS, lors de la présentation du rapport à Genève. "Des millions de personnes se trouvent aujourd'hui libérées des souffrances et des handicaps qui, depuis des siècles, ont maintenu plusieurs générations enlisées dans la pauvreté."

Le rapport souligne que sept des dix-sept maladies tropicales négligées (voir encart) poursuivront leur propagation à horizon 2020. Les experts de l'OMS estiment cependant que cette propagation sera alors contrôlée, au travers de campagnes de dépistages et de soins systématiques.

"Le défi, conclut Margaret Chan, consiste maintenant à renforcer les moyens des programmes nationaux de lutte dans les pays [ou ces maladies sont endémiques] et à rationaliser les chaînes d'approvisionnement de sorte à fournir les médicaments aux personnes qui en ont besoin, lorsqu'elles en ont besoin."

Le cas de la dengue reste le plus préoccupant. Du fait du réchauffement climatique et d'importants mouvements de populations dans les zones d'endémies, il s'agit aujourd'hui de la maladie virale dont la progression, à l'échelle mondiale, est la plus rapide. Deux millions de nouveaux cas de dengue sont répertoriés chaque année dans plus de 100 pays. 

Source : Rapport de l'OMS en anglais, au format PDF : Sustaining the drive to overcome the global impact of neglected tropical disease

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Les perspectives de l'OMS pour les "maladies négligées", outre l'éradication à court terme de la dracunculose et des tréponématoses endémiques, sont les suivantes. A horizon 2020 :

- l'interruption de la propagation, à l'échelle mondiale, du trachome, de la lèpre, de la filariose lymphatique et de la trypanosomiase humaine africaine (maladie du sommeil);

- l'interruption, au niveau régional, de la propagation de la rage (en Asie du sud-est, dans le Pacifique et en Amérique Latine) de la maladie de Chagas (continent américain), des leishmanioses (continent indien), de l'onchocercose ou "cécité des rivières" (en Amérique latine, au Yémen et dans plusieurs zones d'Afrique) et des bilharzioses (dans de très nombreuses régions du monde);

- le contrôle du développement ou, tout au moins, la conduite d'actions de préventions étendues pour sept maladies : la dengue, l'ulcère de Buruli, la cysticercose, l'échinococcose, les trématodoses d’origine alimentaire, la filariose lymphatique et les géohelminthiases.

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24

Sponsorisé par Ligatus